Ce SO2 qu’on nous cache

Le 02 juin 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les volcans sont aussi sous-estimés
Les volcans sont aussi sous-estimés

Plus de 10% du dioxyde de soufre d’origine anthropique échapperait aux inventaires d’émissions, selon une étude publiée lundi 30 mai dans Nature Geoscience. Au total, 39 grandes sources de ce gaz, principalement dans les pays en développement, échapperaient à la surveillance.

L’étude des émissions de SO2 repose avant tout sur des méthodes «bottom up», qui analysent l’activité des sources connues. L’équipe de Joanna Joiner, du NASA Goddard Space Flight Center de Greenbelt (Maryland), et ses collègues ont quant  eux recouru à la méthode inverse, dite «top down»: les chercheurs ont analysé, par satellite, les émissions de SO2, dont ils ont déterminé les sources après prise en compte de données météorologiques.

Grosse surprise à la lecture des résultats: sur les 481 grandes sources de SO2 au niveau mondial (dont 75 d’origine volcanique), 39 ne sont consignées dans aucun inventaire d’émissions de type «bottom up». La nuance est de taille, car ces sources ont dégagé, en 2008, 7 à 14 mégatonnes de SO2, soit 6% à 12% des émissions humaines estimées jusqu’alors.

Au Moyen-Orient, du SO2 en douce

La quasi-totalité de ces sources négligées se situent dans les pays en développement, dont plus d’un tiers (14 sur 39) dans les pays du Golfe, le plus souvent du fait de raffineries de pétrole non inscrites dans les inventaires «bottom up». C’est toutefois au Mexique que les estimations «bottom up» s’éloignent le plus de la réalité, avec une différence atteignant un facteur de 3,5 en 2011.

Au niveau mondial, les résultats satellitaires montrent un pic d’émissions en 2006, puis un déclin par la suite, du fait des Etats-Unis, de l’Europe et de la Chine. L’Inde présente en revanche une hausse des émissions, tandis que le Moyen-Orient demeure à niveau stable ces dernières années.

Autre élément révélé par l’étude, les émissions volcaniques sont plus élevées que prévu: pour 31 des 75 volcans observés par satellite, elles sont au moins 3 fois plus élevées que ne le suggéraient les données «bottom up». Pour l’ensemble des volcans, elles seraient comprises entre 20 et 25 mégatonnes de SO2 par an, soit environ deux fois moins que les quantités de SO2 générées par l’homme.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus