Ce mal qui touche les poissons de l’Athabasca

Le 23 septembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 On trouve de plus en plus de poissons difformes dans le lac Athabasca, au nord de l'Alberta (Canada). Inquiets, des scientifiques et des Amérindiens ont exigé, le 16 septembre dernier, du gouvernement fédéral qu'une étude indépendante soit menée sur ces poissons. L'exploitation des sables bitumineux y serait-elle pour quelque chose ?

Les premières anomalies constatées sur les poissons remontent aux années 1980. Ce qui correspond à deux ans près à l’ouverture de la deuxième [1] mine de sables bitumineux. L'extraction de l’hydrocarbure détruit la forêt boréale, les tourbières, les zones humides et polluent les rivières ainsi que le contour naturel du terrain. Si l'industrie minière de l'Alberta pense que la forêt boréale reprendra sa place sur les terrains restaurés après la période d'extraction, force est de constater qu’aucun site n'est considéré « restauré » quelque 30 ans après l'ouverture de la première mine dans la région du Fort McMurray en Alberta. Les compagnies minières se sont pourtant engagées à reboiser.

Actuellement, les données utilisées par le gouvernement albertain sur le lac sont fournies par les entreprises de l'industrie. Il y a donc une forte présomption de rétention d’information. Or, selon une étude menée par deux biologistes de l'université d'Alberta rendue publique le 30 août dernier, 13 éléments toxiques ont été identifiés, dont du mercure, du plomb et de l'arsenic, rejetés dans les cours d'eau proches du lac. Ces substances peuvent avoir contaminé les poissons, d’où leurs déformations.

Les scientifiques, des résidants, des médecins locaux et des élus ont donc signé une lettre demandant à Ottawa d’ouvrir les yeux sur la réalité. En attendant, plus personne n’ose consommer ces étranges poissons difformes.

 

[1] L’exploitation a commencé en 1967, avec l’ouverture de la première mine de la Great Canadian oil Sands (maintenant Suncor). La deuxième mine, mise en fonctionnement par le consortium Syncrude, n’a pas commencer à fonctionner avant 1978.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus