CDG Express: le Gouvernement met le chantier sur les rails

Le 13 juillet 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un projet à 1,7 milliard d'euros.
Un projet à 1,7 milliard d'euros.

Un projet de loi, présenté avant la clôture de l’enquête publique, a été présenté par le Gouvernement, pour lancer au plus vite les 32 km de ligne ferroviaire entre la gare de l’est et l’aéroport Charles-de-Gaulle. Un chantier à 1,7 milliard d’euros.

C’est ce qui s’appelle être pressé! L’enquête publique sur la CDG Express -cette ligne ferroviaire de 32 km entre la gare de l’Est à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle- n’était pas même achevée que le Gouvernement publiait le projet de loi qui va permettre de mettre le projet officiellement sur les rails.

Lancer l’appel d’offres

Le texte, présenté le 6 juillet 2016 en procédure accélérée par Manuel Valls et Ségolène Royal, poursuit deux objectifs. D’une part, ratifier l’ordonnance qui attribue à la société formée par SNCF Réseau et Aéroports de Paris (Groupe ADP) une concession de travaux «ayant pour objet la conception, le financement, la réalisation ou l’aménagement, l’exploitation ainsi que la maintenance de l’infrastructure, ainsi que son entretien et son renouvellement». D’autre part, permettre à l’Etat de désigner par voie d’appel d’offres l’exploitant ferroviaire chargé du service en question.

Oppositions

Une enquête publique était en cours jusqu’au 12 juillet, afin de recueillir les avis du public sur une 2nde déclaration d’utilité publique (DUP), qui était venue modifier la DUP délivrée en 2008 (et valable jusqu’en 2018), suite à des changements capitalistiques et juridiques dans le dossier. Mais ce qui n’était qu’une formalité pourrait prendre un tour inquiétant pour les porteurs du projet. Car une opposition s’est fait jour à l’occasion de cette enquête publique. «Durant ces 5 semaines de campagne, nous sommes allés à la rencontre des habitants sacrifiés de la porte de la Chapelle, des usagers outrés du RER B et des élus snobés par la commission d'enquête», détaille le Collectif Stop CDG Express.

Recours à venir

Ces militants ont proposé une aide au dépôt d’avis en ligne, dont la moitié a été enregistrée via cette plateforme selon eux. «Les résultats sont clairs: 90% des avis exprimés sont contre le projet! Les participants ont exprimé leur opposition face à cette ligne inutile et coûteuse et réclament l'amélioration des transports existants», constatent les membres du collectif. Et de prévenir que «si les porteurs du projet devaient s'entêter», des «contre réunions publiques» seront organisées à la rentrée, avec campagne massive d'adhésion des riverains et recours contre la DUP modificative.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus