Carrefour rejette aussi la pêche électrique

Le 19 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un engagement appliqué depuis décembre 2017
Un engagement appliqué depuis décembre 2017

Le lendemain du vote du Parlement européen en faveur d’une interdiction totale de la pêche électrique, le distributeur français a rappelé, le 17 janvier, qu’il refusait tout poisson issu de cette pêche de la part de ses fournisseurs. Le groupe Intermarché avait fait la même annonce le 5 décembre.

 

Le vent tourne pour les chalutiers utilisant l’impulsion électrique. «Dès décembre, tous nos fournisseurs ont confirmé respecter l’exclusion de la pêche électrique pour tous les poissons vendus au rayon frais et les poissons surgelés de la marque Carrefour», a précisé le groupe dans un communiqué publié le 17 janvier. Une décision prise au titre du «principe de précaution».

 

84 navires en mer du Nord

La pêche électrique, qui consiste à envoyer des décharges électriques dans les sédiments pour capturer plus facilement les poissons plats, est théoriquement interdite dans l’Union européenne depuis le règlement du 30 mars 1998 sur la conservation des ressources de pêche. Mais des dérogations ont été accordées depuis 2007, à hauteur de 5% de la flotte de chalutiers à perche de chaque Etat membre. Aujourd’hui, 84 navires néerlandais la pratiquent en mer du Nord.

Plus largement, le distributeur Carrefour s’engage à proposer un poisson sur deux issu de la pêche durable d’ici 2020, dans l’ensemble de ses magasins.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus