Carbone : les banques françaises ont l’empreinte lourde

Le 24 novembre 2010 par Sabine Casalonga
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

A l’origine de l’émission de 1,3 milliard de tonnes de CO2 par an, les investissements de BNP Paribas arrivent en tête du classement carbone des grandes banques françaises publié lundi 22 novembre par les Amis de la terre et le cabinet de conseil Utopies.

BNP Paribas est uniquement devancée par HSBC Holdings (groupe monde) dont le business émet 1,5 milliard t/an (5 fois les émissions françaises !), mais sa filiale française n’en émet que 100 Mt/an. En termes d’intensité carbone, le groupe Crédit agricole (CA) est le moins bon élève avec 1.070 grammes de CO2 émis par euro confié à la banque, un bilan proche de celui d’une voiture (pour 5.000 kilomètres parcourus). « Il doit cette place à la part très importante qu’occupe le secteur énergétique (pétrole, gaz, charbon) dans ses crédits aux grands groupes », expliquent l’ONG et le cabinet de conseil.

Le CA est suivi par HSBC Holdings (910 gCO2/€), BNP Paribas (905 gCO2/€), la Société générale (890 gCO2/€) et HSBC France (700 gCO2/€).

La NEF, un établissement de crédit associé au Crédit coopératif, créée en 1987 par l’association Nef (Nouvelle économie fraternelle) est en revanche l’établissement le plus sobre en carbone (0,05 Mt/CO2/an). Il n’investit de fait que dans des projets écologiques et sociaux. Avec 196 kg/CO2/an pour 1.000 € investis, la NEF présente un bilan annuel similaire à celui d’un scooter. Le Crédit coopératif et la banque postale sont également bien placés avec une empreinte respective de 425 et 480 gCO2/€.

« Si l’on veut éviter la catastrophe climatique, nous avons 10 ans pour réallouer massivement les investissements des activités les plus polluantes, comme l’extraction pétrolière, vers l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Les banques et les épargnants ont un rôle-clé à jouer dans cette transition » explique Juliette Renaud, chargée de mission aux Amis de la terre.

Les grands groupes bancaires français se placent en effet en tête des entreprises les plus polluantes, devant les compagnies pétrolières, aériennes et les fabricants automobiles.

La publication de ce classement s’inscrit dans le cadre d’une campagne de sensibilisation du public lancé par Utopies et les Amis de la terre. Ils ont ainsi lancé lundi 22 novembre un calculateur en ligne permettant aux épargnants d’estimer l’empreinte carbone de leur épargne. Pour Juliette Renaud, « les citoyens ne savent pas comment est employé l’argent qu’ils confient à leur banque ou à leur assurance, et leurs placements peuvent, malgré eux, participer à des dégâts environnementaux et sociaux. Il est temps de prendre conscience que nos choix d’épargne peuvent être un levier majeur pour agir sur la société et la transformer ! ».

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus