Caractéristiques nutritionnelles des substituts de ration journalière totale pour le contrôle du poids : avis de l'Efsa

Le 29 janvier 2015 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 21/01/2015 par Anne Rambaud


Alimentation particulière> Aliments diététiques
 
Par un communiqué du 13 janvier 2015, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), annonce la publication d'un avis scientifique relatif aux caractéristiques essentielles requises en termes d’énergie et de nutriments dans les substituts de ration journalière totale pour le contrôle du poids. Dans cet avis, l'Efsa apporte également des conseils concernant les conditions et les limites potentielles d’utilisation de ces produits.
 
Les substituts de ration journalière totale pour le contrôle du poids sont des produits spécifiquement formulés pour remplacer une alimentation complète quotidienne.
 
Selon l'Efsa, ces produits devraient présenter un contenu énergétique minimum de 600 kcal par jour. De plus, afin d'éviter des carences nutritionnelles, l'Efsa recommande que les produits amaigrissants hypocaloriques fournissent au minimum, pour tous les nutriments indispensables, les apports de référence de la population (c'est-à-dire la quantité d’un nutriment donné dont une majorité d’individus dans une population a besoin pour être en bonne santé, en fonction de l’âge et du sexe) ou l'apport suffisant (pour les nutriments pour lesquels un apport nutritionnel recommandé ne peut pas être calculé en raison du manque de données scientifiques). Toutefois, les valeurs nutritionnelles de référence sont généralement établies pour des personnes en bonne santé et d'un poids normal. L'Efsa a donc adapté ces valeurs aux besoins des personnes en surpoids ou obèses.
 
Ainsi, selon l'Autorité, les substituts de ration journalière totale devraient présenter au minimum les apports journaliers suivants :
- 75g de protéines ;
- 30g de glucides ;
- 11g d'acide linoléique ;
- 1,4g d'acide α-linolenic ;
- 20 g de lipides.
 
A noter, ces recommandations ne s'adressent pas aux adultes d'un poids normal, aux nourrissons, aux enfants, aux adolescents, aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes âgées. Elles ne sont pas non plus destinées aux personnes en surpoids ou obèse souffrant de diabète, de la goutte, d'une maladie thyroïdienne, d'insuffisance rénale, d'une maladie hépatique, de problèmes cardiovasculaires ou encore de calculs biliaires.
 
De plus, l'Efsa souligne le fait que le caractère approprié ou non de l'utilisation de substituts de ration journalière totale pour le contrôle du poids par des personnes autres que les adultes en bonne santé en surpoids ou obèses (ex : adolescents obèses, femmes enceintes obèses, individus souffrant de problèmes médicaux...) doit être établi au cas par cas par un médecin et peut nécessiter un suivi médical et diététique.
 
Par ailleurs, l'Autorité relève qu'il n'existe pas de preuve scientifique établissant que les régimes hypocaloriques ne devraient pas être suivis plus de trois semaines sans suivi médical. Cependant, aucune étude n'a évalué l'impact des régimes hypocaloriques sur la santé sur une période supérieure à trois mois. Ainsi, l'Efsa précise dans son avis que ses recommandations en termes de composition nutritionnelle sont valables pour un régime suivi sur une courte période mais pourraient ne plus être appropriées sur une longue période ou sur plusieurs périodes courtes répétées.
 
Pour information, l'article 32 de l'arrêté du 20 juillet 1977 relatif à l'application du décret du 24 janvier 1975 sur les produits diététiques et de régime définit les denrées alimentaires destinées à être utilisées dans les régimes hypocaloriques destinés à la perte de poids comme "des aliments de composition particulière qui, s'ils sont utilisés selon les instructions du fabricant, remplacent tout ou partie de la ration journalière". Les produits dénommés "substitut de la ration journalière totale pour contrôle du poids" sont les produits présentés comme remplaçant la totalité de la ration journalière (article 35). Les mentions d'étiquetage obligatoires de ces produits sont listées à l'article 36 de ce même décret.

Sources :
 
 
 
 
 
 
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus