Capturer le CO2, c’est pas bon pour l’air

Le 18 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La grande solution technologique visant à décarboner le secteur électrique et certaines industries lourdes vient de se voir décocher un nouveau plomb dans l’aile par l’Agence européenne de l’environnement (AEE).
 
Déjà plombé par la carence de financements, le captage-stockage géologique de CO2 (CSC) est maintenant accusé de polluer l’air.
 
Dans un rapport mis en ligne jeudi 17 novembre, l’AEE rappelle que le captage du gaz carbonique dans les effluents gazeux des usines et des centrales thermiques est énergivore, car il faut alimenter les systèmes de captage, de lavage, de séchage et de compression du dioxyde de carbone. Ce qui peut consommer 15 à 25% de l’énergie de l’installation industrielle.
 
Conséquence: à production finale égale, l’usine ou la centrale thermique devra consommer ou produire plus d’énergie primaire et donc accroître ses émissions de polluants classiques (dioxyde de soufre, particules, oxydes d’azote). Si les industriels préfèrent les systèmes de captage utilisant des amines, un accroissement des rejets d’ammoniac est aussi à craindre.
 
Faut-il donc se passer de cette technologie? Pas forcément. Certains spécialistes remarquent que les particules de soufre et les aérosols refroidissent plutôt l’atmosphère. Plus sérieusement, le bilan climatique de la CSC établi par l’AEE reste intéressant, même en prenant en compte les dégâts sur la qualité de l’air. Car cette technique expérimentale est la seule à pouvoir abattre de plus de 80% les émissions directes de centrales thermiques, de cimenteries ou d’usines sidérurgiques.
Sans elle, l’Europe aura donc du mal à réduire des trois quarts ses émissions de CO2 d’ici 2050.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus