Cantines: 20% de bio sans surcoût, c’est possible

Le 15 novembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le bio ne dépasse toujours pas 2,9% des achats de la restauration collective
Le bio ne dépasse toujours pas 2,9% des achats de la restauration collective

En 2017, le bio plafonne à 2,9% des ingrédients servis dans les cantines, selon le bilan de l’Observatoire de la restauration collective diffusé ce 15 novembre. Alors qu’un menu à 20% de bio n’implique aucun surcoût.

 

Mis en place par l’association Un plus bio et la société Ecocert, l’Observatoire a basé son analyse sur 74 collectivités servant 200.000 repas par jour. Premier résultat: les produits bio ont beaucoup de mal à s’introduire dans les menus des cantines puisqu’ils ne représentent que 2,9% des achats. Un piètre résultat à attribuer à quelques problèmes d’approvisionnement, à la complexité du cahier des charges et à la concurrence des distributeurs, comme l’a montré une enquête du JDLE.

 

20% de bio sans surcoût

Pour sa part, le coût ne représente pas un obstacle, selon le bilan publié ce jour. Un repas composé de 20% de produits bio implique en moyenne 1,80 euro de matières premières, alors que la moyenne observée dans les cantines nationales, toutes pratiques confondues, oscille entre 1,50 € et 2€ selon le réseau des directeurs de la restauration collective Agores.

Par ailleurs, l’exemple de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) montre que le coût des matières premières baisse à mesure que la part de bio augmente, passant de 2,08 € en 2013 à 1,78€ en 2017. Aujourd’hui, les cantines municipales servent 3.300 repas par jour dont 20% des ingrédients sont bio.

 

57% des produits d’origine locale

Enfin, l’Observatoire démontre que la hausse du bio au menu ne repose pas sur les importations. Selon l’étude, 57% des aliments bio proviennent d’une production locale. Ce qui confirme les résultats de l’Agence Bio sur le bio dans la restauration hors domicile: 78% des produits sont d’origine française et 59% d’origine régionale.

Publiée le 27 octobre dans la revue Environmental Health, une étude a énuméré les nombreux bienfaits d'une alimentation bio pour la santé.