Canicule: l’Europe se prépare au changement climatique

Le 05 juin 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
sonne
sonne

Les périodes caniculaires vont se multiplier dans les prochaines années. Selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, les pays européens doivent intégrer ce facteur dans leurs projets de société.

Certes, les pluies des dernières semaines peuvent en tromper plus d'un, mais le 23 juin prochain coïncidera avec le premier jour de l'été. Et à nouvel été correspond la perspective d'une nouvelle canicule. Vendredi 1er juin, l'Institut de veille sanitaire (InVS) annonçait que le système d'alerte canicule reprenait du service jusqu'au 31 août. Mis en place en 2004, ce système, auquel collabore Météo-France, repose à la fois sur des indicateurs météorologiques (température, humidité, vent) et sanitaires (interventions des pompiers, décès enregistrés, fréquentation des services d'urgence). Cette année, un protocole de signalement des décès directement liés à la chaleur est également mis en place. A Paris, 261.500 personnes âgées viennent de recevoir un courrier du maire les incitant à s'inscrire sur le registre Chalex (pour «chaleurs extrêmes»). En cas d'alerte de niveau 2 (1), tous les inscrits du fichier seront appelés pour vérifier leur état de santé.

Après la canicule d'août 2003, de nombreux pays européens ont appliqué chaque année des plans d'actions comprenant des mesures d'alertes et de surveillance ainsi qu'une modification des infrastructures existantes. La vague de chaleur de juillet 2006 est venue confirmer l'utilité de ces actions. Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 5 juin, intitulé «Eté 2006: premier épisode caniculaire majeur après la catastrophe de 2003» se penche sur la question. «A la veille de l'été 2007, il est important de tirer le bilan des conséquences sanitaires de la vague de chaleur de 2006. D'autant que pour la première année depuis qu'il existe, le plan national canicule a été mis durablement et largement à l'épreuve», y explique Gilles Brücker, directeur général de l'InVS.

En France, le mois de juillet 2006 a été le plus chaud des mois de juillet depuis 1950, et le mois le plus chaud après celui d'août 2003. D'après les chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), la surmortalité en France durant la période du 11 au 28 juillet 2006 a été de l'ordre de 2.000 décès. Mais Gilles Brücker pose la question: quelle aurait été cette mortalité «si elle avait été celle que l'on aurait dû observer face à une telle variation de températures»? En d'autres termes, sans préventions et mesures exceptionnelles, combien de personnes seraient-elles mortes pendant cette période?

D'après l'équipe du docteur Didier Hamon, de l'Inserm, si un excès de mortalité a bien été observé en juillet 2006, il a été trois fois moins important que ce qu'il aurait été au regard des études antérieures de modélisation chaleur/mortalité. Un sujet qui est au coeur des interrogations des chercheurs Simon Hales, Christina Koppe, Franziska Matthies et Bettina Menne (2). «Dans la majeure partie de l'Europe de l'Ouest, la vague de chaleur de 2006 était moins sévère que celle de 2003. Il n'est donc pas possible de faire correspondre la baisse de la mortalité signalée dans ces pays à la seule efficacité des plans Canicule», estiment ces chercheurs. «Il n'est pas encore possible d'arriver à une conclusion avec les données disponibles actuellement», précisent-ils.

Mais selon eux, cela ne fait aucun doute: au regard des changements climatiques à venir, les actions d'urgence organisées en Europe doivent être pérennisées. «En Europe, on prévoit que les températures extrêmes de 2003 seront courantes d'ici quelques décennies. Les vagues de chaleur seront probablement de plus longue durée dans l'avenir et leur intensité sera encore renforcée», préviennent-ils. D'où l'importance de réfléchir à la façon dont les pays européens doivent s'adapter structurellement aux changements climatiques. Les mesures technologiques seules, type climatisation, ne suffiront pas à se prémunir contre la montée des températures. Gourmands en énergie, souvent onéreux, les systèmes de climatisation ne feront qu'aggraver l'inégalité sociale face aux grosses chaleurs.

Conclusion: «Les plans Canicule doivent faire partie intégrante d'une politique générale d'économie d'énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre». Eté comme hiver, les pays européens devront prendre en compte le facteur canicule dans la conception des villes et des logements, dans les dépenses énergétiques, les plans de santé publique ou la politique des transports. Le début d'une nouvelle ère.



(1) Le plan national Canicule se décline en 3 niveaux. Le premier niveau, qui correspond à la veille saisonnière, est activé du 1er juin au 31 août. Le deuxième niveau est déclenché en cas de dépassement des seuils prévu le jour même ou avec anticipation. Le dernier niveau (mobilisation maximale) correspond à une situation exceptionnelle.

(2) Respectivement chercheurs à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à l'unité de Biométéorologie de Freiburg (Allemagne), et à l'Université de médecine de Wellington (Nouvelle-Zélande).







A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus