Candidatures pour un nouveau pôle de l’IRSN en région

Le 22 novembre 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le parc technologique de Rovaltain, géré par 50 communes de la Drôme, dont Romans, Valence et Tain-L’Hermitage, s’est porté candidat à l’accueil d’un nouveau pôle de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), convoité par six autres villes. L’IRSN, actuellement implanté sur trois sites principaux, Cadarache (Bouches-du-Rhône), Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) et Le Vésinet (Yvelines), doit quitter ce dernier, où l’Etat prévoit de construire 600 logements sur un terrain appartenant au ministère chargé de la santé. Les villes de Nîmes (Gard), Avignon (Vaucluse), Caen (Calvados), Bordeaux (Gironde) et Villeurbanne (Rhône), ainsi que l’agglomération d’Aix-Marseille (Bouches-du-Rhône), sont aussi candidates pour accueillir le nouveau pôle de l’IRSN. Le Comité interministériel d’aménagement du territoire (Ciat) doit décider, début 2007, de la localisation de ce pôle dédié aux recherches sur la radioprotection de l’homme et de l’environnement, qui devrait employer dans un premier temps 275 personnes. A terme, le site pourra accueillir jusqu’à 400 personnes. Le conseil général de la Drôme et la région Rhône-Alpes se sont engagés à apporter 30 millions d’euros à ce projet, sur les 82 millions que devrait coûter la délocalisation selon l’IRSN, qui estime à plusieurs années le temps nécessaire au déménagement.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus