Cancún : la dernière ligne droite

Le 10 décembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

C’est la valse des « drafts » qui se joue en ce moment à Cancún. Craignant l’échec des négociations, plusieurs délégations ont préparé des textes de compromis. Selon The Guardian et The Times of India, l’Union européenne et les îles du Pacifique auraient concocté leur cuisine commune.

 

De même que le Royaume-Uni et le Brésil. Sans oublier, bien sûr, le Mexique, pays-hôte de la conférence, qui est réputé être prêt à tout pour inscrire un succès à son palmarès diplomatique.

 

Si la réalité et la teneur de tous ces « papiers » sont à prendre avec des pincettes, tous irait dans le même sens : donner force de loi à l’accord de Copenhague de 2009, dont le statut juridique reste flou et de toutes façons non contraignant.

 

En principe, la conférence doit s’achever dans les dernières heures de ce vendredi 10 décembre (heure de la côte est du Mexique). Mais certains envisagent de jouer les prolongations. Jeudi, lors d’une conférence de presse, le principal négociateur japonais a laissé entendre que les tractations pourraient se poursuivre jusqu’à samedi.

 

Quoi qu’il en soit, l’optimisme reste de vigueur. A la demande de Christina Figeueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre de l'ONU sur les changements climatiques, 7 groupes de travail ont été nommés sur les grands sujets (lutte contre la déforestation, financement…) présidés par un ou deux ministres. « L'idée est de pousser le plus loin possible » les discussions dans chaque groupe, explique la ministre française de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, jugeant qu'il était possible « de réussir à avoir le fameux paquet de décisions équilibrées sur les 7 points ».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus