Cancers professionnels: le pardon de Samsung à ses employés sud-coréens

Le 12 janvier 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le siège de l'entreprise à Séoul
Le siège de l'entreprise à Séoul
DR

En Corée du Sud, Samsung Electronics a achevé mardi 12 janvier sa volte-face: après dix ans de combat judiciaire contre d’anciens employés atteints de cancers, l’entreprise s’est engagée au dédommagement des victimes et à la transparence quant à la sécurité dans ses usines.

Spécialisée dans la téléphonie mobile et les téléviseurs, l’entreprise sud-coréenne persistait à affirmer que les cas de cancers, dont des leucémies et de ces cancers rares, survenus chez des employés n’était en rien liés aux produits chimiques manipulés dans ses usines de semi-conducteurs.

Dans quelques cas, la justice sud-coréenne lui a donné tort. N’attendant pas de perdre d’autres procès, Samsung a commencé sa mue en mai 2014, sous la forme d’excuses publiques formulées par ses dirigeants, s’engageant même à «des dédommagements appropriés pour les personnes affectées et leurs familles».

Nouvelle étape en juillet 2015, lorsque Samsung a annoncé la mise en place d’un fond de 100 milliards de won (76,5 millions d’euros), en faveur des victimes et pour instaurer des mesures de prévention. Et mardi, l’entreprise a déclaré qu’elle mettrait en place d’un comité de médiation afin de surveiller et de signaler les conditions de travail de ses salariés.

Depuis le lancement de son fond d’indemnisation en juillet, Samsung a reçu plus de 150 demandes, avec un accord trouvé pour une centaine d’entre elles, rapporte l’agence Bloomberg.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus