Cancers et environnement: évaluation des disparités géographiques

Le 14 avril 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
André Cicolella, responsable de l’unité de l’évaluation des risques sanitaires (Ersa) à l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris), a présenté le 10 avril lors du colloque «Inégalités environnementales et risques sanitaires» organisé par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) et la chaire développement durable de Sciences Po, les premiers résultats de Cancer inégalités régionales cantonales et environnement (Circe) dont il est chargé. Ce projet vise à «évaluer la part des facteurs environnementaux dans les disparités intra et inter-régionales de cancer», en s’appuyant sur l’apport des systèmes d’information géographique (Sig). Les acteurs se sont pour cela inspirés d’études américaines dites de corrélation écologique (1).

Des cartes de mortalité par types de cancer ont été établies par 4 observatoires régionaux de la santé (ORS). En Picardie, le rapport est par exemple de 1 à 2 pour le cancer de la prostate selon les zones géographiques, les cas de cancers de la plèvre étant plus fréquents là où l’amiante était massivement utilisé. L’Ineris intervient quant à lui dans le traitement de données liées aux environnements extérieur et intérieur, via le programme Systèmes d’information géographique, facteurs de risque environnementaux et décès par cancer (Sigfried), afin de les croiser ensuite avec les données de cancer. «Lorsque l’on aura déterminé les zones à risque, la deuxième phase du projet consistera à mener des opérations plus ciblées et comprendre pourquoi il y a des disparités», a indiqué André Cicolella.

Le chercheur estime que 52 à 55% des cancers respectivement chez les hommes et les femmes françaises sont attribuables à l’environnement au sens large (mode de vie, alimentation et diverses pollutions), critiquant ainsi le rapport publié par l’Académie des sciences et le Centre international de la recherche sur le cancer (Circ) estimant que l’environnement est un facteur très faible de causalité de cancers. Une «conclusion très dangereuse en termes de gestion du risque» selon André Cicolella.


(1) Etudes concernant Cape Cod et Long Island


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus