Cancer du sein: le lait entier, à éviter?

Le 27 mars 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le lait entier à éviter chez les femmes atteintes d’un cancer du sein.
Le lait entier à éviter chez les femmes atteintes d’un cancer du sein.
DR

Le lait entier, ainsi que tout produit laitier riche en graisses, pourrait être à éviter chez les femmes atteintes d’un cancer du sein, selon une étude américaine révélant de moindres chances de survie chez les patientes en consommant trop.

En cause, la présence élevée d’œstrogènes dans les produits laitiers gras, du fait qu’ils se lient plus facilement aux matières grasses. Ces hormones féminines seraient particulièrement abondantes dans le lait consommé en Occident, du fait qu’il provient le plus souvent de vaches enceintes, plus productrices d’œstrogènes. Or la voie œstrogénique est souvent impliquée dans la genèse des cancers du sein.

S’ils n’ont pu tester l’absorption d’œstrogènes laitiers, Candyce Kroenke, du centre Kaiser Permanente d’Oakland (Californie), et ses collègues voient derrière ces hormones la principale explication de leurs résultats. Menés sur 1.893 patientes de la cohorte LACE (Life After Cancer Epidemiology), ils révèlent une hausse de 49% du risque de décéder de son cancer du sein lorsque la consommation dépasse une portion quotidienne de produit laitier gras.

A l’inverse, aucun risque particulier n’a été relevé pour les produits allégés, dont le lait écrémé. Ces aliments constituent une «approche raisonnable pour limiter le risque, en particulier une fois achevé le traitement du cancer», conseillent les auteurs, qui évoquent aussi la possibilité des «laits végétaux».

Plus polémique, le risque de développer un cancer du sein en cas de surconsommation de produits laitiers a fait l’objet de plusieurs travaux, avec des résultats contradictoires. De manière similaire à cette nouvelle étude, certains ont suggéré un risque accru avec les produits gras et une absence d’effet avec les produits allégés. Phénomène aussi noté avec le cancer de la prostate, maladie également d’origine hormonale.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus