Cancer du poumon: d’autres pistes que le tabac

Le 16 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Si le cancer du poumon est la première cause de mortalité par cancer chez les hommes et la deuxième chez les femmes, avec plus de 25.000 décès et 30.000 nouveaux cas par an, les fumeurs ne sont pas les seuls à développer ce type de maladie. Les cancers bronchiques chez les non-fumeurs représentent environ 10% des nouveaux cas en Europe, majoritairement des femmes.

Plusieurs études ont montré que le cancer bronchique du non-fumeur présentait des caractéristiques génétiques et moléculaires bien différentes de celle du cancer du fumeur. Et les facteurs de risque seraient liés à l’exposition à des cancérigènes professionnels pour les hommes, et au tabagisme passif pour les femmes. Toutefois, pour un tiers des cas, l’origine de la maladie ne s’explique pas. Les professionnels de santé suspectent d’autres facteurs tels que la pollution atmosphérique et domestique, les infections respiratoires (dont la tuberculose), les antécédents personnels ou familiaux, ou encore les facteurs hormonaux (chez les femmes), qui peuvent accroître le risque.

Les Hospices civils de Lyon ont donc décidé de lancer une vaste étude nationale portant sur un millier de patients. L’étude prospective fonctionne sur la base du volontariat et elle est proposée à l’ensemble des patients non-fumeurs atteints d’un cancer du poumon. Les patients qui acceptent d’être inclus dans l’étude vont alors répondre à un questionnaire téléphonique standardisé sur leur provenance géographique, leurs habitudes de vie et leur exposition aux carcinogènes professionnels (amiante, aluminium, benzène, etc.) Un prélèvement sanguin est également prévu pour déterminer le profil génétique et biologique de chaque patient.

Actuellement, les seules données disponibles portent sur un petit nombre de patients et proviennent d'Asie.

Les premiers résultats de l'étude épidémiologique, intitulée BioCast et initiée au centre hospitalier Lyon-Sud, sont attendus pour le second semestre 2013. BioCast est financée par l'Intergroupe francophone de cancérologie thoracique (IFTC), via des dons publics et privés.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus