Canada: les sociétés mécontentes de la position du gouvernement

Le 07 novembre 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un an après la triomphale COP-MOP de Montréal, certaines entreprises canadiennes commencent à regretter la politique climatique du nouveau gouvernement fédéral, qui exclut, de fait, le Canada du protocole de Kyoto.

Du protocole et de ses systèmes de flexibilité. Or, cela concerne directement certaines entreprises, à l'instar de Biothermica. Spécialiste du traitement thermique des déchets, la compagnie québécoise vient de voir agréer par les Nations unies son premier projet de mécanisme de développement propre (MDP) qui consiste à valoriser énergétiquement du biogaz de décharge au Salvador.

Hélas, du fait du revirement de la politique climatique canadienne, Biothermica entend réduire sa voilure. Dans un entretien au Devoir, son président Guy Drouin, s'explique: «La raison est simple. C'est parce qu'il n'y a pas de marché au Canada pour de vrais crédits d'émissions de gaz à effet de serre, faute de plafond réglementaire sur les émissions des grands émetteurs ou d'autres types d'entreprises. Il n'y a pas d'acheteurs!»

Certes, Biothermica pourrait vendre ses crédits d'émission aux entreprises nord-américaines participant à des programmes volontaires, comme le CCX américain. Mais probablement 20 fois moins cher qu'à une compagnie européenne ou japonaise.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus