Campylobacter fait aussi son retour aux Etats-Unis

Le 25 avril 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Campylobacter est l'une des sources les plus fréquentes de gastro-entérites.
Campylobacter est l'une des sources les plus fréquentes de gastro-entérites.

Comme l’Europe, les Etats-Unis connaissent depuis quelques années un regain d’infections par Campylobacter, pathogène alimentaire lié entre autres à la consommation de poulet et de produits au lait cru, selon un bilan 2012 des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

En forte baisse à la fin des années 1990, Campylobacter atteint désormais aux Etats-Unis son plus haut niveau depuis 2000, révèlent les chiffres de FoodNet, réseau de surveillance des infections alimentaires portant sur 15% de la population américaine.

Depuis 2006-2008, le nombre de cas a ainsi augmenté de 14%. Le phénomène est également observé en Europe: entre 2007 et 2011, le nombre de cas confirmés de campylobactériose a crû de 9,6%, selon un récent bilan publié par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) (voir le JDLE). Les campylobactérioses demeurent plus rares aux Etats-Unis: leur incidence y est de 14,3 cas pour 100.000 habitants, contre 50,8 cas pour 100.000 en Europe.

Reste que ce dernier chiffre recouvre de fortes disparités d’un pays européen à l’autre: l’incidence de campylobactériose est ainsi de 8,51 cas pour 100.000 habitants en France, de 115,44 cas pour 100.000 au Royaume-Uni. Autres maladies alimentaires en hausse aux Etats-Unis, les infections par Vibrio, qui se contractent par la consommation de fruits de mer: depuis 2006-2008, elles ont augmenté de 43%, tout en demeurant d’une faible incidence (0,41 cas pour 100.000 habitants).

L’espèce la plus sévère, Vibrio vulfunicus, reste à un niveau stable. Les CDC évoquent aussi un possible retour des infections par Escherichia coli O157, après une forte baisse observée entre 2007 et 2011. Quant aux autres pathogènes étudiés (salmonelles, Cryptosporidium, Listeria, Shigella et Yersinia), leur niveau n’a globalement pas changé depuis plusieurs années.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus