Camion et climat: les solutions existent

Le 22 septembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg, envoyé spécial
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les solutions disponibles permettent de réduire de 40% la consommation des tracteurs.
Les solutions disponibles permettent de réduire de 40% la consommation des tracteurs.
Volvo

Deuxième volet de notre enquête sur l’Energiewende appliquée au transport routier de marchandises. Entre carburants de substitution et nouveaux types de carburants, de nombreuses solutions existent pour réduire l’empreinte carbone des poids lourds. Revue de détail.

Pour comprendre l’enjeu de l’Energiewende, retenez deux chiffres: aujourd’hui, l’Allemagne rejette un peu moins d’un milliard de tonnes par an de gaz à effet de serre. En 2050, le plus grand pays industrialisé d’Europe devra émettre de 63 à 250 Mt. Du logement à l’énergie, en passant par l’agriculture et le transport, tous les secteurs seront mis à contribution. «Ce qui ne s’annonce pas évident, souffle Florian Hacker. Car, au vu de l’amélioration actuelle des performances des véhicules commerciaux, on ne peut espérer qu’une baisse de 25% des émissions des poids lourds vers le milieu du siècle», estime le directeur adjoint de la division Ressources et transport de l’Öko Institut. Si rien ne change donc, les transports routiers émettront autant que ce que l’Allemagne s’est assigné comme plafond d’émission national.

Renverser la vapeur

Première solution pour renverser la vapeur: l’inévitable développement du fret ferroviaire. «Le potentiel existe. En poursuivant investissements et incitations, nous pouvons espérer doubler le trafic entre 2010 et 2050», affirme Florian Hacker. Possible, mais pas gagné à coup sûr. Car, en Allemagne comme ailleurs, on ne mettra plus de marchandises sur les trains qu’à deux conditions. Primo, en accroissant les investissements en faveur du fret ferroviaire, au détriment du transport de passager à grande vitesse. Secundo, l’administration devra engager une politique qui limitera, d’une façon ou d’une autre, le transport routier.

Fiscalité ou norme?

Magnus Höglund a une idée très arrêtée sur la question: «Triplez le prix du gazole et vous réglerez le problème», lance, un brin provocateur, le directeur du transport durable de Scania. Après avoir traîné ses guêtres au département de protection de l’environnement de Daimler, Peter Mock a une autre idée: «Il faut durcir les normes d’émission. C’est ainsi que l’on obligera les constructeurs à intégrer les solutions techniques qui permettront aux véhicules du futur d’émettre moins», estime le directeur pour l’Europe du conseil international du transport propre (ICCT).

Le tracteur et sa remorque

En attendant un hypothétique aménagement de la norme Euro ou un alourdissement de la fiscalité des carburants, les chercheurs cherchent. Par exemple, à affiner l’aérodynamisme des tracteurs et de leurs remorques. Autre piste ouverte depuis longtemps: le développement de pneumatiques à faible frottement. Le plus efficace se situe probablement sous le capot: amélioration de la transmission, assistance à la conduite, optimisation de la combustion, réutilisation des gaz. «Intégrer toutes ces technologies nous permettrait de réduire de 40% les émissions d’un camion», affirme Peter Mock.

Décarboner le transport routier

Un bon début. Mais l’on peut sans doute faire mieux encore. Florian Hacker achève la rédaction d’une étude, commandée par l’administration Merkel, sur les meilleurs moyens de décarboner le transport routier. Avec une attention particulière portée aux carburants. Le JDLE vous en livre les grandes lignes. Schématiquement, les analystes de l’Öko Institut ont brossé plusieurs scénarios impliquant des carburants ‘neutres en carbone’, des véhicules dotés de pile à combustible et des camions directement alimentés en électricité.

Nouveaux carburants

Les agrocarburants des prochaines générations, ainsi que les carburants liquides de synthèse produits à partir d’énergies renouvelables (Power to liquid, power to gas) sont relativement bien connus. Ils peuvent en outre bénéficier des infrastructures existantes pour leur production et leur distribution. Inconvénients: des émissions polluantes à l’échappement, des pertes énergétiques lors de la production, un accroissement de la compétition entre cultures énergétiques et alimentaires et l’émission d’un peu de CO2.

Le retour de la PAC

Face à de telles critiques, le camion à pile à combustible (PAC) apparaît comme une bonne solution. Directement alimentée à l’hydrogène, la PAC produit l’électricité qui alimente le moteur électrique du tracteur. Seul rejet possible: de l’eau. Idéal? Pas sûr. Le montant du devis pour la construction d’un camion doté d’une PAC, de réservoir d’hydrogène (très chers tous les deux) flirte, pour le moment, avec les 500.000 euros. Selon la source d’énergie utilisée, l’électrolyse de l’eau (grâce à laquelle on produit l’hydrogène) peut générer du CO2. Et dans tous les cas de figure, les pertes énergétiques sont élevées.

Autoroute électrique

Reste le bon vieil électron. Des prototypes de camions électriques fleurissent. Mais la longue distance leur est, en général, interdite. Il faut en moyenne 8 tonnes de batteries pour qu’un 38 t électrifié effectue un parcours de 500 kilomètres. Ce qui réduit d’autant le tonnage de marchandises transporté. A moins, bien sûr, d’imaginer une autoroute électrique. Un sujet qui mobilise les ingénieurs de Siemens et de plusieurs constructeurs.

La solution?

Aussi fou soit-il, ce projet semble avoir les faveurs de l’Öko Institut. Selon ses calculs, l’autoroute électrique serait la moins gourmande en énergie (5 MJ/km contre 11 pour le gazole et près de 20 pour les autres carburants). A l’exception notable du gazole, il est aussi le système énergétique le moins cher, tant pour le transporteur que pour la société. En additionnant les coûts de production d’énergie, de sa distribution et des véhicules, le montant du scénario ‘électrique direct’ avoisinerait la centaine de milliards d’euros, pour l’Allemagne, entre 2020 et 2050. Soit deux à trois fois moins que l’alimentation en carburants de synthèse. A suivre…

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus