Californie: le pire devient la norme

Le 03 avril 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
66,6% de la Californie en sécheresse extrême ou exceptionnelle
66,6% de la Californie en sécheresse extrême ou exceptionnelle
US Drought Monitor

Après les quelques espoirs de fin d’automne, la sécheresse exceptionnelle qui frappe la Californie depuis septembre 2011 semble s’installer pour de bon. Première dans l’histoire de l’Etat, son gouverneur a annoncé mercredi 1er avril des restrictions d’usage de l’eau, dans le but de réduire sa consommation de 25%.

Pour la première fois en 75 ans, la Sierra Nevada n’a présenté cet hiver aucun manteau neigeux. Un nouveau signe de l’urgence de la sécheresse, la plus grave jamais observée en Californie, et qui semble vouée à durer. Après avoir déclaré l’état d’urgence en janvier 2014, appelant au rationnement volontaire, le gouverneur Jerry Brown a décidé de passer à la cadence supérieure.

L’Etat prévoit des restrictions d’eau afin d’en diminuer la consommation de 25%. Premier visé, l’arrosage: il est désormais interdit pour les pelouses plantées sur les bandes médianes des routes, ainsi que pour les propriétaires de maisons neuves, sauf ceux disposant d’un système au goutte-à-goutte.

Des quotas d’eau seront également imposés pour les cimetières, les terrains de golf et les campus. L’Etat prévoit par ailleurs de remplacer 4,6 millions de mètres carrés de pelouses publiques par des plantes peu consommatrices d’eau, dont les cactus et les agaves.

Des crédits seront proposés aux particuliers souhaitant remplacer leur lave-vaisselle par des appareils plus sobres. Dans les restaurants, les carafes d’eau ne seront plus servies qu’à la demande. Quant aux hôtels, ils devront s’assurer, auprès des clients demeurant plusieurs jours, s’ils tiennent bien à ce que leurs draps et serviettes soient changés chaque jour.

Consommant 80% de l’eau, les agriculteurs ne seront pas rationnés, mais devront rendre des comptes, en fournissant par écrit des informations sur leur demande d’eau et sur leur source d’approvisionnement.

Quand la Californie dépassera le Texas

Fruit d’un partenariat entre Bloomberg, le Paulson Institute and le TomKat Charitable Trust, le Risky Business Project vise à informer des risques économiques liés au changement climatique aux Etats-Unis. Dressant un bilan par grandes régions, il constitue un outil aussi bien les décideurs politiques que pour les entrepreneurs.

Autant de mesures qui révèlent que, du point de vue des autorités, la situation exceptionnelle ne le sera bientôt plus vraiment. Et que la Californie n’a d’autre choix que de réduire sa consommation, pas seulement de manière temporaire, comme le prouve les prévisions très préoccupantes publiées jeudi 2 avril par le Risky Business Project.

D’ici la fin du siècle, les étés californiens seront plus chauds que ceux du Texas ou de Louisiane, avec deux à trois fois plus de jours de canicule qu’actuellement et 7.700 morts par an du fait des températures excessives.

Tout comme les incendies de forêt, la sécheresse devrait devenir la norme, avec une baisse des précipitations au printemps et en hiver, celles d’hiver devenant plus souvent de la pluie que de la neige. De quoi miner l’agriculture, en particulier celle du coton et du maïs, espèces gourmandes en eau.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus