Cafouillage sur le calendrier du démantèlement de Fukushima

Le 27 juin 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le démantèlement de Fukushima devrait s'étaler sur une quarantaine d'années.
Le démantèlement de Fukushima devrait s'étaler sur une quarantaine d'années.

Le gouvernement japonais et l’exploitant de la centrale de Fukushima, Tepco, se sont entendus, ce 27 juin, sur un nouvel échéancier de démantèlement du site ravagé.

Ce programme prévoit une accélération du retrait du combustible fondu des réacteurs 1 à 3, qui étaient en activité le jour du tsunami.

Initialement, le retrait des débris de combustible des réacteurs aurait dû commencer 10 ans après la confirmation de l'état dit d'arrêt à froid des réacteurs, qui fut officiellement décrété mi-décembre 2011. Cela portait donc le lancement de l'opération à décembre 2021.

Le gouvernement a souhaité que le retrait des combustibles débute au premier semestre 2020, pour les réacteurs 1 et 2, après la conduite d’essais dans la piscine du réacteur n°4.

De son côté, Tepco, pourtant nationalisée, prévient que, compte tenu du fait que nul ne sait exactement où et dans quel état se trouve le combustible, il est difficile de promettre des échéances précises et de s'y tenir. Un porte-parole de l’électricien estime que le retrait du combustible ne pourrait, en fait, débuter qu’en 2022 ou 2023.

Le démantèlement dans son ensemble devrait s’étaler sur une quarantaine d’années.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus