Cafouillage climatique au parlement européen

Le 13 février 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
On peine à trouver une cohérence climatique dans le vote des députés européens.
On peine à trouver une cohérence climatique dans le vote des députés européens.
VLDT

Selon les jours, les députés européens agissent en faveur et en défaveur du climat. Déroutant.

 

Les députés européens sont favorables à un renforcement de la lutte contre l’effet de serre. Le 15 janvier dernier, une majorité de parlementaires a donné quitus à la Commission pour poursuivre ses travaux sur le projet de pacte vert, à condition de renforcer certains de ses objectifs. Adoptée par 482 voix pour, la résolution appelait notamment les services d’Ursula von der Leyen à porter à 55% le niveau de réduction d’émission de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030, contre 50% initialement prévus.

Mercredi 12 février, le parlement auditionnait la présidente de la Banque centrale européenne. Dans leur résolution post-audition, les députés ont appelé Christine Lagarde à mettre en accord «les politiques de la BCE en conformité avec l’accord de Paris.» Notamment en investissant davantage dans les secteurs porteurs de la transition énergétique et en émettant un plus grand volume d’obligations vertes. Rien que de très cohérent avec la position précédente.

Quelques heures plus tard, le 13 février, les parlementaires devaient se prononcer sur une proposition de résolution visant à refuser la version existante de la liste des projets d'intérêt commun de l'Union.

Etablie à la fin de l’année passée, cette liste mentionne les 151 projets qui seront éligibles aux fonds communautaires. Dans le lot, on trouve de nombreuses interconnections électriques, des autoroutes électriques liant le continent à des parcs éoliens marins, des pipelines pour faciliter le stockage géologique du CO2. On trouve aussi 55 projets d’énergie fossile, dont de nombreux gazoducs et même quelques oléoducs.

En tout illogisme, les députés ont rejeté le texte porté par l'élue française Marie Toussaint (EELV) : la liste ne sera pas modifiée. D'un côté, le parlement européen appelle la Commission et les Etats membres à muscler leurs ambitions climatiques. De l'autre, ils votent le financement public d'infrastructures grâce auxquelles l'Europe pourra accroître sa consommation d'énergies fossiles.

Comprenne qui pourra.