Cachez ce carbone que je ne saurais voir

Le 06 mars 2007 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Rarement colloque aura autant baigné dans l’actualité. Alors que s’ouvre, le 8 mars au Havre (Seine-Maritime), un important séminaire sur le charbon propre et la séquestration du carbone, la semaine s’annonce riche en nouvelles.

Le 2 mars, Oslo a annoncé la constitution d'une compagnie publique en charge de la gestion de tous les programmes de capture et de séquestration - CC&S - norvégiens, y compris celui de la centrale de Mongstad. Originale, cette idée l'est à plus d'un titre. Car elle est tirée d'un rapport sur la séquestration publié en décembre 2005 par l'association écologiste Bellona. Mais le concept de CC&S a largement dépassé les frontières du Royaume. Le 7 ou le 8 mars, à l'occasion du prochain sommet européen, l'Union européenne devrait annoncer le lancement d'une douzaine de projets de capture et de séquestration, selon un diplomate britannique cité, vendredi 2 mars, par Reuters.

Aux Etats-Unis, la technologie fait de plus en plus d'adeptes. La semaine passée, le Congrès américain a voté, en première lecture, une proposition de loi imposant de recenser tous les sites géologiques susceptibles de contenir du CO2. Une loi qui pourrait être très intéressante pour les électriciens yankees, qui ont un mal croissant à faire admettre par les riverains et les organisations environnementales l'intérêt de leur projet de centrale thermique.

Au prix d'une négociation difficile avec le Environmental defense fund et le Natural resources defense Council, les repreneurs de TXU se sont ainsi engagés à ne pas construire 8 des 11 centrales consommant de la houille initialement prévues. Peabody Energy essaie depuis des années de construire deux importantes unités. Sans succès. La Caroline du Nord vient d'annuler un projet charbonnier de Duke Energy. Une véritable lame de fond. Depuis 2000, seules quatre grandes installations au charbon ont été mises en service outre-Atlantique, contre 155 entre 1980 et 1999. Certes, 11.000 «coaled» mégawatts (MW) devraient être construits entre 2011 et 2012, mais sans certitude.

La semaine dernière, le célèbre climatologue de la Nasa, James Hansen a d'ailleurs réclamé un moratoire sur la construction des centrales thermiques. Un appel qui, sans développement de la CC&S, pourrait être entendu.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus