Ça chauffe pour les explosions de méthane

Le 25 juillet 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le méthane (CH4) sous-marin participe au réchauffement climatique. Et le réchauffement climatique favorise la libération de méthane dans l'atmosphère. C'est ce cercle vicieux qui a retenu l'attention d'une équipe de chercheurs de l'université de Californie.

Sous des conditions de température et de pression particulières, des cristaux de glace emprisonnant une quantité importante de méthane peuvent se former dans les océans. C'est ce que l'on appelle les hydrates. La fonte de 1 centimètre cube (cm3) de glace peut libérer jusqu'à 164 cm3 de méthane. Des réservoirs d'hydrocarbures entrent parfois en «éruption», laissant échapper de grandes quantités de méthane. A travers leur étude publiée dans Global biochemical cycles, des chercheurs californiens ont donc essayé de modéliser ces explosions de gaz et ont observé que la majeure partie atteint l'atmosphère. Mais il manque des données quantitatives pour mieux évaluer la contribution de ces explosions au changement climatique. Les chercheurs préconisent donc l'installation de stations de contrôle qui permettraient de mesurer les émissions au niveau des fonds océaniques et à la surface de l'eau. «Nous sommes inquiets car si ces émissions se poursuivent, elles constitueront une nouvelle menace pour le climat», explique Ira Leifer, membre de l'équipe. En effet, le réchauffement des océans pourrait entraîner une libération de plus en plus massive du méthane emprisonné dans les cristaux et donc contribuer au réchauffement de l'atmosphère.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus