Bush et les énergies renouvelables

Le 29 avril 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
bush
bush

Le président américain a défendu le 27 avril sa politique énergétique malgré l'opposition croissante des associations mais aussi des hommes politiques américains qui souhaiteraient une plus grande prise en compte de la problématique du changement climatique.

Lors de la conférence des petites entreprises nationales, George W. Bush a présenté la politique énergétique des Etats-Unis des prochaines années. Se fondant principalement sur une volonté d'indépendance énergétique, le gouvernement va développer les raffineries, notamment en Alaska, et la construction de nouvelles centrales nucléaires, cette énergie étant présentée comme «propre et sure». Le développement de l'énergie nucléaire avait été abandonné en 1979, après l'accident de la centrale de Three Mile Island, en Pennsylvanie. Même si aucun impact sanitaire n'a été constaté, plus aucune centrale n'a été construite depuis aux Etats-Unis. Et la législation sur le fonctionnement des centrales a été renforcée. Outre le programme Nuclear power 2010, qui s'élève à 1,1 milliard de dollars (850 millions d'euros), le président américain a annoncé «des changements dans la législation existante dans le but de réduire l'incertitude dans le processus d'autorisation des centrales nucléaires.»

Dans son discours, George W. Bush a laissé peu de place aux énergies renouvelables. Quelques incitations ont tout de même parsemé le discours. Ainsi, 1,9 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros) devrait être distribué sous forme d'incitations fiscales pour développer les énergies renouvelables sur les 10 prochaines années. L'énergie éolienne, le solaire thermique, le biogaz et la biomasse sont visés. Ces mesures ne sont pas à la hauteur du défi pour les associations de consommateurs et d'environnement américaines. Ainsi, l'association de défense de l'intérêt public U.S. Public interest research group (U.S. PIRG) regrette que «sur les 88 milliards de dollars (68 milliards d'euros), la majeure partie aille aux industrie du pétrole, du gaz et du charbon.»

D'après l'Energy information administration, les énergies renouvelables ont représenté 6,3% de la consommation d'énergie aux Etats-Unis en 2003 contre 6,1% en 2002 et 5,5% en 2001, largement derrière les combustibles (charbon, pétrole et gaz naturel) avec 86,1% en 2003 et le nucléaire avec 7,6%. Au sein des énergies renouvelables, la biomasse  représente 47% de la production, devant l'hydroélectricité (45%), la géothermie (5%), l'éolien (1,8%) et le solaire (1%).




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus