Bure: la justice tranche en défaveur de l’Andra

Le 28 février 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Andra n'a plus de bois pour construire ses cheminées.
L'Andra n'a plus de bois pour construire ses cheminées.
VLDT

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) n’est plus propriétaire du bois où elle escompte bâtir les cheminées d’aération de son futur centre de stockage géologique de déchets radioactifs à vie longue.

 

La réalisation du futur centre de stockage géologique de déchets nucléaires à vie longue (Cigéo) ne sera décidément pas un long fleuve tranquille. Le dernier épisode concerne à nouveau le bois Lejuc, sur la commune de Mandres-en-Barrois (Meuse).

Dès que l’autorisation lui en aura été donnée, l’Andra entend construire dans ce petit massif les cheminées d’aération des galeries du Cigéo. Début 2015, l’agence de Chatenay-Malabry avait proposé à la commune de Mandres-en-Barrois, propriétaire du site, un échange foncier: contre le bois communal, l’Andra propose le bois de la Caisse situé, lui, sur le territoire de la commune de Bonnet.

Echange de bois

Le 2 juillet 2015, le conseil municipal de Mandres-en-Barrois autorise le maire à conclure avec l’Andra une convention officialisant l’échange. L’Andra prend possession du bois, avec la ferme intention d’y débuter rapidement des forages exploratoires.

Patatras: à l’initiative du maire, le vote s’est déroulé à bulletins secrets et non à la demande d’un tiers au moins des conseillers municipaux, conformément à l’article L. 2121-21 du code général des collectivités territoriales.

Stupéfiant. Dans leur accord programmatique, Benoît Hamon et Yannick Jadot se prononcent en faveur de l’entreposage des déchets hautement radioactifs et à vie longue. Or la loi de 2006 prévoit que ces déchets soient entreposés dans le futur centre géologique, la France ayant délaissé la voie de l’entreposage en sub-surface, après 15 ans de recherches.

Or le bois Lejuc est aussi occupé par des opposants au Cigéo. Ces derniers se saisissent du vice de forme et attaquent la délibération du 2 juillet devant le tribunal administratif, lequel leur a donné raison ce 28 février.

Dans un communiqué, le tribunal donne 4 mois à la commune pour régulariser la situation «par l’adoption d’une nouvelle délibération approuvant les termes de l’échange de forêt. A défaut, la commune devra résilier la convention conclue avec l’Andra.»

autres études

Dans un autre communiqué, l’Andra prend acte de cette décision. «En tout état de cause, quelle que soit l’issue de l’affaire, cela ne signifie pas pour autant le blocage du projet, et encore moins son arrêt. Si l’Andra ne pouvait pas mener les opérations de caractérisation sur le bois Lejuc dans l’immédiat, cela l’obligerait à les reporter mais n’empêche pas les autres études liées à la conception de Cigéo d’avancer pour le dépôt de la demande d’autorisation de création.»

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus