Budget US: le Congrès contrecarre les projets de Donald Trump

Le 02 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Congrès a étrillé le projet de budget de Donald Trump.
Le Congrès a étrillé le projet de budget de Donald Trump.
DR

Députés et sénateurs américains, républicains et démocrates, se sont accordés le 30 avril sur un projet de budget 2017, bien éloigné des priorités de la Maison blanche.

Cela devait être le point d’orgue des 100 premiers jours de sa présidence. Hélas pour lui, Donald Trump n’a pas réussi à convaincre le Congrès américain (dirigé par les républicains) de voter tel quel son projet de budget pour les 5 derniers mois de l’année.

Le texte proposé par la Maison blanche fin février prévoyait d’accroître de 9% les dépenses d’armement, les portant au niveau record de 603 milliards de dollars (570 Md€) d’ici la fin de l’année. S’interdisant la moindre augmentation d’impôts, le président américain entendait financer cet effort militaire par une diminution des budgets de la plupart des ministères et agences fédérales.

Le budget de l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA) devait être amputé de 20%. Dirigée par le climato-sceptique Scott Pruitt, l’EPA se préparait dans cette optique à se séparer de 20% de ses agents. Ce ne sera pas nécessaire.

1.665 pages

Dans leur volumineuse proposition de loi (1.665 pages), les parlementaires démocrates et républicains ont sensiblement revu à la baisse les coupes budgétaires voulues par l’administration Trump. Sur les 1.163 Md$ prévus (moins du tiers des dépenses fédérales US), l’armée ne devrait recevoir ‘que’ 598,5 Md$.

Globalement, les institutions participant à la protection de l’environnement s’en tirent bien. L’EPA conserve 99% de son budget 2016, ce qui consolide son staff et la quasi-totalité de ses missions, dont la fourniture d’eau potable aux collectivités démunies, à l’instar de la ville de Flint.

Pas de programme menacé pour la Nasa

La Nasa, qui craignait de voir supprimer ses programmes de recherche sur le climat, sauve les meubles. L’agence spatiale engrange un budget de 19,7 Md$, en hausse de près de 2%. Aucun de ses projets, tant climatiques que spatiaux, n’est remis en question.

Une bonne nouvelle qu’elle partage avec l’administration de l’océan et de l’atmosphère (NOAA). Avec 5,7 Md$ annoncés, la NOAA perd un petit pourcent. Mais pourra continuer à travailler sur le climat et à financer ses programmes de surveillance par satellites de l’environnement et des régions polaires.

Bernie Sanders bouge encore. Le bouillonnant candidat à la candidature démocrate à la présidentielle n’a pas désarmé. Le sénateur indépendant du Vermont co-signe une proposition de loi obligeant les USA à produire la totalité de leur électricité à partir d’énergies renouvelables dès 2050. Le texte n’a aucune chance d’être adopté, mais c’est la première fois que les sénateurs américains devront se prononcer sur la transition énergétique.

En charge de l’énergie nucléaire, des renouvelables et de programmes d’efficacité énergétique, le département à l’énergie (DOE) s’en sort bien, avec une hausse de 0,8% de son budget (5,9 Md$). Là encore, la plupart des programmes de recherche sont maintenus. Les parlementaires n’ont toutefois accordé que 50 M$ au financement du projet Iter (projet international de réacteur à fusion nucléaire) pour cette année, contre 125 M$, l’an passé.

Le bureau de gestion des terres (cadastre) voit son budget de 1,2 Md$ progresser de 1,2%, notamment pour financer un programme de protection des tétras du Gunnison (Centrocercus minimus) et des tétras des armoises (Centrocercus urophasianus).

Bonne pioche aussi pour l’institut d'études géologiques (USGS) qui se voit octroyer un bonus de 23 M$ pour développer un système d’alerte sismique et renforcer la surveillance du niveau des nappes phréatiques.

Au rayon des économies, députés et sénateurs ont refusé les 4,5 Md$ demandés par l’administration Trump pour ouvrir le chantier de construction du mur de protection à la frontière américano-mexicaine.

En principe, le congrès doit adopter ce texte dans le courant de la semaine. La prochaine bataille budgétaire débutera en octobre et portera sur l’année fiscale 2018.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus