Bucarest interdite de commerce de quotas de CO2

Le 29 août 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Roumanie n’a plus le droit de vendre ses quotas d'émissions de gaz à effet de serre (GES), en raison d'irrégularités constatées dans l'évaluation de ses émissions, a annoncé, dimanche, le ministère de l'environnement, dans un communiqué.??
 
Cette suspension, décidée par le comité de conformité du protocole de Kyoto, a été décidée en raison d'irrégularités constatées au niveau de l'inventaire national des émissions de GES transmis en 2010 par la Roumanie, précise le ministère dans un communiqué.? La suspension est valable immédiatement.??
 
Bucarest devra mettre en place un système adéquat et fiable pour évaluer correctement le niveau de ses émissions de GES au niveau national avant de pouvoir reprendre la vente d’unités de quantités attribuées (UQA, les quotas d’émissions des Etats, ndlr).??
 
Cette suspension constitue un coup dur pour le gouvernement roumain qui comptait tirer jusqu'à 1,8 milliard d'euros de la vente de ces UQA (soit 6 euros l’UQA), selon des chiffres donnés par le ministre de l'environnement Laszlo Borbely en décembre 2010.?Cette somme aurait notamment servi à réduire le déficit budgétaire.??
 
A l'époque, le ministre avait indiqué que Bucarest était en discussion avec le Japon. Vendredi, le Premier ministre Emil Boc avait demandé que la tête du chef de l'Agence de protection de l'environnement soit sur la table si une telle suspension intervenait.??
 
Il avait également réclamé un plan très rigoureux de mesure des émissions de GES afin que la Roumanie puisse réintégrer le marché du carbone dans maximum six mois.??
 
Dimanche, le ministère de l'environnement a indiqué que des mesures ont déjà été prises pour se mettre en conformité avec les exigences du comité de conformité de Kyoto. Le nombre d'agents chargés d'effectuer l'inventaire des GES passera de 5 à 21, selon des sources citées par l'agence Mediafax.??
 
La Bulgarie, pays voisin de la Roumanie, avait été suspendue du marché carbone entre juin 2010 et février 2011, également en raison de son incapacité à tenir une comptabilité des émissions de gaz à effet de serre.
 
Des membres de l’ancien gouvernement ukrainien sont aussi soupçonnés d’avoir détourné une partie du produit de la vente d’UQA.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus