Bruxelles réforme un peu sa finance carbone

Le 21 janvier 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

C’est un pas important que vient de franchir l’Union européenne dans l’assainissement de la finance carbone. Le comité européen pour le changement climatique — un aréopage de représentants des 27 en charge de la définition de la politique climatique communautaire — a adopté, ce vendredi 21 janvier, une proposition de la commissaire à l’action climatique.

 

Présenté en novembre dernier, ce texte interdit, à partir du 30 avril 2013, l’utilisation dans le marché européen des quotas de CO 2 des unités de réduction certifiée d’émission et des unités de réduction d’émission [Urce, l’unité de compte du mécanisme de développement propre, URE, l’unité de compte de la mise en œuvre conjointe, ndlr ] générées par les projets MDP d’incinération du HFC-23 (comme co-produit de la production du chlorodifluorométhane) et de l’oxyde nitreux (N 2O), issu de la fabrication de l‘acide adipique.

 

Cette décision permettra sans doute de rééquilibrer le mécanisme de développement propre. Peu coûteuse, la destruction du HFC-23 et de l’oxyde nitreux génère, en raison de l’important pouvoir de réchauffement global de ces deux GES, de très importantes quantités d’Urce. Selon un recensement effectué en juillet 2010, les 19 projets de destruction de HFC-23 ont produit 51% des Urce générées jusqu’à présent.

 

Pour entrer en vigueur, le texte de Connie Hedegaar doit encore être validé par le Parlement européen avant d’être officiellement entériné par la Commission européenne.

 

Probable que cette mesure, qui doit courir jusqu’en 2020, ne plaise pas aux autorités chinoises. Selon Bruxelles, 80% des Urce générées par l’incinération de HFC-23 et 60 % des crédits émis par la destruction du N 2O sont d’origine chinoise.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus