Bruxelles ouvre une enquête sur les réserves de capacité allemandes

Le 07 avril 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les gestionnaires de réseau allemands n'apprécieraient-ils pas la concurrence ?
Les gestionnaires de réseau allemands n'apprécieraient-ils pas la concurrence ?

La Commission a ouvert, vendredi 7 avril, une enquête approfondie afin de déterminer si le projet allemand visant à constituer une réserve de capacité électrique est conforme aux règles communautaires encadrant les aides d'État

Après la France, au tour de l'Allemagne. Berlin prévoit d’obliger les gestionnaires de réseau allemands de fournir 2 gigawatts (GW) de capacité, qui seraient gardés en réserve en dehors du marché. Surcapacitaire, le système électrique allemand n’est pourtant pas menacé de black-out. Ce qui n'est pas, semble-t-il, une raison pour ne pas se prémunir contre les imprévus. La capacité supplémentaire servirait de réserve stratégique pour les circonstances extrêmes où le marché de l'électricité ne parviendrait pas à fournir suffisamment d'électricité pour répondre à l'ensemble de la demande.

Doutes sur l'évaluation

Dans un communiqué, la Commission exprime des doutes sur l'évaluation faite par l’administration Merkel de la réserve à constituer. «Elle va donc s'efforcer de mieux comprendre les hypothèses et les scénarios sur lesquels l'Allemagne s'est fondée pour calculer l'évolution de la demande et de l'offre d'électricité pour les années à venir.»

Marché fermé

En outre, indique l’exécutif européen, il n'est apparemment pas prévu de supprimer la mesure une fois faite la réforme du marché de l'électricité. Le régime devrait devenir opérationnel durant l'hiver 2018/2019, pour une première période de deux ans. Ensuite, la réserve initiale de 2 GW pourrait être renouvelée et étendue durant les années suivantes.

Bruxelles soupçonne aussi Berlin de vouloir limiter ce marché de capacité à certains acteurs: les critères de participation des fournisseurs de capacité à la réserve pourraient ne pas être suffisamment ouverts aux opérateurs d'effacement ainsi qu’aux fournisseurs de capacité étrangers, notent les services de Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la concurrence.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus