Bruxelles ne veut pas de pétrole sale

Le 04 octobre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L'Union européenne a adressé, mardi, aux Etats membres une proposition visant à limiter l'utilisation du pétrole tiré des sables bitumineux.
 
"Avec cette mesure, nous adressons un signal aux producteurs de carburants fossiles, car il est important pour l'avenir de quantifier leur impact" sur l'environnement, a souligné la commissaire en charge du Climat, Connie Hedegaard.
 
L'exploitation des sables bitumineux et des schistes argileux pour en tirer du pétrole et du gaz demande plus d'énergie que pour les forages traditionnels et a pour conséquence une production plus élevée de gaz à effet de serre.
 
La proposition soumise aux Etats membres de l'UE prend en compte cet impact et le quantifie.
 
Les émissions liées à l'extraction de pétrole brut sont ainsi estimées à 87,5 grammes d'équivalent CO2 par megajoule, l'huile de sable bitumineux à 107 g d'équivalent CO2 par mégajoule, l'huile de schiste à 131,3 g, le charbon transformé en fuel liquide à 172 g, le gaz naturel converti en fuel liquide à 97 g et les déchets de plastique à 86 g.
 
L'Union européenne s'est engagée, en 2008, à réduire de 6% les émissions de CO2 provenant des carburants utilisés par les moyens de transport.
 
L'objectif est de dissuader les Européens d'utiliser du pétrole et des huiles dont la production est jugée polluante.
 
Les deux principaux producteurs de pétrole tirés des sables bitumineux sont la province canadienne de l'Alberta et le Venezuela. Il exportent actuellement très peu de pétrole vers l'UE: l'équivalent de 0,01% des importations, mais la production au Canada est appelée à tripler d'ici à 2020.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus