Bruxelles devrait approuver les EPR britanniques

Le 22 septembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Vue d'artiste de la future centrale de Hinkley Point C.
Vue d'artiste de la future centrale de Hinkley Point C.
DR

La Commission européenne est parvenue à un accord avec les autorités britanniques, ouvrant la voie à l'autorisation du projet de construction d'une centrale nucléaire par EDF au Royaume-Uni, a indiqué ce 22 septembre un porte-parole à l'AFP.

«Nos discussions avec les autorités britanniques ayant abouti à un accord, le commissaire européen chargé de la concurrence Joaquin Almunia proposera au collège des commissaires de prendre une décision positive concernant ce projet de construction de deux réacteurs nucléaires à eau pressurisée (EPR)», a indiqué ce porte-parole, Antoine Colombani.

un investissement de près de 19 milliards d'euros

Une décision devrait être prise au cours de ce mandat, plus précisément courant octobre, a-t-il précisé.

Le gouvernement britannique et EDF, allié aux groupes chinois CGN et CNNC, avaient officialisé en octobre 2013 un accord portant sur la construction de deux réacteurs nucléaires EPR du groupe français Areva à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, un investissement chiffré à près de 19 milliards d'euros.

Bruxelles avait ouvert une enquête en décembre 2013 pour vérifier la conformité de ce projet majeur avec les règles encadrant les aides d'état, craignant qu'il n'entraîne des distorsions de concurrence.

très chers mégawattheures

Le projet, qui marque le coup d'envoi du renouvellement du parc nucléaire britannique, assure en effet EDF d'un prix garanti pendant 35 ans pour l'électricité produite par la centrale de Hinkley Point C, un prix très élevé par rapport au cours de l'électricité outre-Manche. Il a en effet été fixé à 89,50 livres (114 €) par mégawattheure si EDF décide par la suite de poursuivre son projet de construction de deux autres EPR à Sizewell (est de l'Angleterre). Dans le cas contraire, il s'élèvera à 92,5 £ (117,8 €).

C'est donc le gouvernement britannique qui paiera la différence si le marché tombe sous ce niveau de prix garanti, une disposition généralement réservée aux énergies renouvelables.

Le projet prévoit aussi une garantie publique de l'Etat britannique aux emprunts réalisés par EDF pour construire la centrale.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus