Bruxelles accepte que la Russie finance le nucléaire hongrois

Le 06 mars 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'un des 4 réacteurs VVER 400 de la centrale de Paks.
L'un des 4 réacteurs VVER 400 de la centrale de Paks.
DR

La Russie financera 80% du coût de la future centrale nucléaire hongroise.

C’est une aide d’Etat légale. Telle est la conclusion de la Commission européenne après l’examen du mode de financement par la Hongrie de deux réacteurs nucléaires.

Dans un communiqué publié lundi 6 mars, Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de la concurrence, ne voit pas d’objection à ce que le gouvernement hongrois finance, en partie, la construction de deux réacteurs russes VVER sur le site de la centrale de Paks. Motif invoqué par Bruxelles: «Le gouvernement hongrois a pris des engagements substantiels» pour que l’aide d’Etat entraîne le moins de distorsion du marché possible.

Deux réacteurs pour en remplacer 4

Pour renouveler ses 4 réacteurs de 400 mégawatts (MW), mis en service dans les années 1980, la Hongrie prévoit de faire construire deux tranches VVER 1200, de 1.200 MWe unitaire. En janvier 2014, le gouvernement hongrois a conclu un contrat avec Rosatom.

Au terme de cette convention, le constructeur russe de centrales nucléaires bâtira les deux tranches, prévues pour entrer en service entre 2024 et 2025. L’industriel financera par un prêt 80% du montant du chantier, soit 10 milliards d’euros environ. Le solde, 2,5 Md€, sera apporté par le gouvernement hongrois: la fameuse aide d’Etat examinée par la Commission européenne.

Eventuels bénéfices

Pour ne pas trop distordre le marché, Budapest prévoit d’utiliser les «éventuels bénéfices réalisés par Paks II» pour rembourser son investissement ou couvrir les coûts normaux d'exploitation de Paks II, mais pas dans la construction ou l'acquisition de capacités de production supplémentaires.

Les deux réacteurs, qui seront exploités par une entreprise nouvelle, devront par ailleurs vendre le tiers de leur production en bourse de l’électricité et le reste aux enchères. 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus