Bruit: la Rumeur cartographie l’environnement sonore francilien

Le 11 juillet 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La carte disponible sur le site 'Rumeur'.
La carte disponible sur le site 'Rumeur'.
DR

Bruitparif a rénové son site ‘Rumeur’, qui cartographie les données de capteurs permanents ou ponctuels. Un objet à destination des collectivités ou des associations.

C’est un site qui gagnerait à faire plus de bruit: ‘Rumeur’ cartographie les données collectées par des sites de mesure de l’environnement sonore disséminés dans toute l’agglomération francilienne. Propulsée en 2011 par Bruitparif, la plateforme a récemment fait peau neuve, pour rendre «plus facilement compréhensible et intuitive la manière dont le bruit fluctue au cours du temps et en fournissant un accès direct, en consultation et en téléchargement, aux principaux indicateurs acoustiques qui peuvent être calculés.» A l’image, deux types de données sont disponibles: celles fournies par des capteurs permanents et celles issues de campagnes de mesures ponctuelles.

Le réseau permanent de Bruitparif est très orienté autour du bruit causé par le survol des avions au-dessus de l’agglomération parisienne, en complément des stations de mesures d’Aéroports de Paris.

Un décibel de moins

Ce sont essentiellement les collectivités et les associations qui sont demandeuses et utilisatrices des campagnes de mesures menées par Bruitparif. Ainsi de la ville de Paris, qui a par exemple souhaité voir mesurée l’activité sonore de l’avenue de la Clichy avant des travaux d’aménagement de la voirie. «Nous avons réalisé un état des lieux avant les travaux et après», précise Antoine Perez Munoz, chargé des relations avec les collectivités à Bruitparif. Résultat: une diminution d’un seul décibel après des mois de chantier pour aménager notamment une zone 30, de nouveaux stationnements et une voie de bus. «Le décibel est une unité logarithmique, rappelle Antoine Perez Munoz. Trois décibels de plus équivalent au doublement de l’intensité sonore. Avec un décibel en moins, la perception par l’oreille humaine peut toutefois ne pas être immédiate.» Et pour cause: ce sont des données moyennées ou qui rendent compte à l’inverse d’un niveau sonore à un moment donné, qui ne reflètent pas forcément le ressenti ou la réalité à des moments critiques.

Préoccupation européenne

Bruitparif a très peu d’homologues en région. Ainsi d’Acoucité, l’observatoire de l'environnement sonore de la métropole de Lyon mis en place en 2000. Des capteurs sont également installés à Lille et aux alentours de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Un projet européen existe également, intitulé «NoiseinEU» et son indice Harmonica, qui tentent de rendre accessibles des résultats de mesures «difficiles à appréhender et à comprendre pour des non-spécialistes, en raison des indicateurs utilisés (Lden, Ln, LAeq, LA10, LA90, NA, LAmax… pour n’en citer que quelques-uns).»

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus