Bruit des éoliennes: réaction des professionnels

Le 29 mars 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En réponse à l’étude publiée par l’Académie de médecine, le 14 mars, sur le «retentissement du fonctionnement des éoliennes sur la santé humaine», (voir l’article du JDLE «Les éoliennes, un danger pour la santé?»), les professionnels de la filière éolienne française affirment, dans un communiqué, que «l’éolien et la santé humaine n’ont jamais été opposés.» Ils expliquent ainsi que le bruit émis par les éoliennes a 2 origines: aérodynamique et mécanique. Pour réduire le bruit aérodynamique, les pales sont conçues «selon les mêmes méthodes que celles utilisées pour une aile d’avion». Quant au bruit mécanique, il est, aujourd’hui, «extrêmement réduit par rapport aux éoliennes de «première génération », grâce à la mise au point d’engrenages silencieux, d’arbres de transmission sur coussinets amortisseurs ou encore de nacelles capitonnées. Le syndicat des énergies renouvelables affirme en outre qu’au niveau du rotor, le bruit approche les 100 décibels. Au pied d’une éolienne, le niveau sonore s’abaisse à 55 décibels et à 500 mètres, il est de 35 décibels, soit le bruit d’une conversation à voix basse. Les tenants de l’éolien insistent également sur les précautions prises, en amont, pour éviter toute nuisance sonore. Ils rappellent ainsi que «les études des acousticiens, qui interviennent lors du montage d’un projet de parc éolien, sont validées par la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass) qui, compte tenu des niveaux d’émergence autorisés, impose systématiquement une distance de 500 mètres entre l’éolienne et la première habitation.»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus