Brésil : Shell et Basf condamnés pour pollution

Le 24 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le tribunal de Paulinia, dans l’Etat de Sao Paulo au Brésil, a condamné le 20 août le pétrogazier Royal Dutch Shell et Basf SE (groupe chimique allemand) à payer une amende de 628 millions de dollars (497 millions d’euros) pour pollution de l’eau et des sols. Un jugement destiné à indemniser les travailleurs d’une ancienne usine de pesticides, intoxiqués par les produits qu’ils fabriquaient.

Shell avait construit le site en 1977, avant de le vendre à la firme chimique American Cyanamid. L’allemand Basf l’a ensuite acquise en 2002 afin d’y produire des pesticides, mais l’a fermé deux ans plus tard. Le propriétaire est à nouveau Shell depuis 2008.

Après les premières plaintes, l’étude des sols a confirmé que l’eau souterraine était contaminée par des substances hautement cancérigènes et des quantités significatives de chrome, vanadium et zinc.

Des dizaines d’anciens employés ont développé des cancers de la prostate et de la thyroïde, des maladies intestinales, du foie et circulatoires. Des infertilités et des impuissances sexuelles ont aussi été détectées.

Chaque victime devrait recevoir 36.860 $ (29.204 €) et les deux firmes devront verser 355 millions $ (27.730 €) supplémentaires pour dommages moraux à la Fondation de protection des travailleurs. Les enfants des anciens employés, nés pendant ou après la période de travail de leurs parents dans cette entreprise, pourront voir leurs éventuels traitements médicaux pris en charge.

Le ministère public a déclaré dans un communiqué que plus de 1.000 travailleurs et des centaines de leurs descendants bénéficieraient des indemnités.

Mais les deux fautifs n’ont pas dit leur dernier mot : Shell et Basf comptent faire appel de la décision de première instance. « Nous espérons que les tribunaux brésiliens de dernier recours établiront finalement notre irresponsabilité pour les présomptions d’impact sur la santé et les autres plaintes », a précisé le porte-parole de Shell le 22 août.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus