Bras de fer entre Dupont et l'EPA

Le 28 juillet 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Teflon-coated cookware safe to use
Teflon-coated cookware safe to use

Dupont doit faire face depuis plusieurs années à des poursuites judiciaires liées à la fabrication de l'acide perfluorooctanoïque (APFO), une molécule soupçonnée d'avoir des impacts sanitaires et environnementaux. De nouveaux éléments scientifiques relancent la polémique.

Une groupe d'experts scientifiques de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) vient de classer l'APFO, une substance principalement produite par le chimiste Dupont, comme «cancérogène probable» au lieu de «possible». Si le terme n'a pas encore de valeur officielle (1), il ne va pas dans le sens de la défense de Dupont qui nie tout risque sanitaire lié à l'exposition à l'APFO, aussi appelé C8. Cette molécule aux propriétés anti-adhésives est utilisée pour fabriquer le fameux Téflon, sans toutefois se trouver dans les produits en Téflon.

Jusqu'ici, les études menées sur les employés des usines qui fabriquent l'APFO n'ont encore trouvé aucun lien avec le cancer, ou d'autres problèmes de santé chez l'homme. Seul un rapport avec l'apparition de cholestérol a pu être établi pour les travailleurs les plus exposés. Toutefois, des recherches scientifiques ont conclu que la substance chimique peut être à l'origine de plusieurs types de tumeurs chez les rats. Si les doses données aux rats sont largement supérieures à celles trouvées chez les humains, les résultats de l'étude ont convaincu l'EPA de continuer les recherches.

Outre l'aspect sanitaire, la persistance de la molécule pose aussi problème. On la retrouve dans le sang d'animaux et d'humains du monde entier, même dans la région arctique. Or, l'APFO n'est fabriqué que dans de très rares usines et ne devrait pas se répandre aussi rapidement. Un article scientifique publié dans la revue Nature a conclu que des traces d'APFO pouvaient être émises lorsqu'on chauffe les produits en Téflon à plus de 360°C, une température largement supérieure à celles atteintes par les instruments de cuisson en Téflon. Ce qui n'a pas empêché 14 personnes ayant utilisé ces appareils de traduire en justice Dupont, l'accusant de ne pas avoir informé les consommateurs. Les plaignants réclament 5 milliards de dollars. Pour prouver sa bonne foi, Dupont a accepté, le 20 juillet dernier, de tester l'incinération des fluoropolymères et des fluorotélomères pour savoir si celle-ci peut rejeter des APFO.

Malgré l'absence de preuves actuelles sur l'impact sanitaire et environnemental des APFO, Dupont reste sur la corde raide. Car tous ceux qui poursuivent le chimiste fondent leur plainte sur son absence de communication des données qu'il avait en sa possession depuis les années 1990. Outre les 5 milliards de la plainte des utilisateurs de Téflon, les riverains d'une usine de Dupont, qui ont déjà obtenu plus de 100 millions de dollars, pourraient percevoir 235 millions de dollars si l'existence d'un risque sanitaire était établie. Enfin, Dupont pourrait payer une lourde amende à l'EPA: 25.000 dollars par jour entre le 24 juin 1991n 1981 et le 30 janvier 1997 et de 27.500 dollars par jour du 31 janvier 1997 au 6 mars 2001, date à laquelle l'EPA a reçu les informations qu'elle demandait.



(1) Le rapport de l'EPA est présenté comme une ébauche qui ne «représente pas la politique de l'EPA».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus