Bras de fer entre associatifs et EDF sur sa gestion des légionelles

Le 20 juillet 2006 par Laure Pollez
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le réseau Sortir du nucléaire a déposé mardi 18 juillet un référé devant le tribunal administratif d'Orléans pour obtenir des documents sur les concentrations de légionelles dans les circuits de refroidissement de la centrale nucléaire de Chinon (Indre-et-Loire).

Cette procédure vient à la suite du récent rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) qui soulevait des incertitudes quant à la gestion par EDF du risque de prolifération de legionella dans l’eau des tours réfrigérantes de ses centrales nucléaires (1).
Selon Sortir du nucléaire, la centrale de Chinon est la plus susceptible de présenter un risque du fait de la hauteur réduite de ses tours. Par ailleurs, cette procédure contre EDF, l'Etat -représenté par le préfet d'Indre-et-Loire- et la Direction de la recherche de l'industrie et de l'environnement (Drire) de la région Centre devrait permettre à l’association d’avoir accès à des informations importantes pour documenter le dossier.

En ces temps de canicule, l’affaire prend une dimension particulière alors que l’Afsset relevait dans son rapport que, «pendant la canicule de 2003, EDF a observé dans l’ensemble de ses centrales une augmentation notable de la concentration des legionella dans l’eau en amont, dans le bassin froid et dans l’eau du rejet». Les anti-nucléaires soulignent que 44 réacteurs sur 58 sont situés en bord de rivière. Pour Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, il est vraisemblable de voir augmenter brutalement les concentrations de legionella en ces temps de fortes chaleurs. .



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus