BPA: les doses journalières acceptables ne seront pas changées

Le 03 novembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon un communiqué du 22 octobre, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), ne juge pas nécessaire de réviser les doses journalières acceptables d’ingestion de bisphénol A (BPA) malgré les résultats d’une étude scientifique récente.

Suite à la réalisation d’une étude d’évaluation des risques pour le BPA publiée en janvier 2007, l’EFSA a fixé une dose journalière acceptable (DJA) de 0,05 milligramme/kg (poids corporel) correspondant à une quantité de cette substance pouvant être ingérée chaque jour sans poser de risque pour la santé.

Or, une étude publiée le 16 septembre dernier dans la revue JAMA (Journal of the american medical association) a suggéré un lien entre la présence de taux urinaires élevés de BPA et l’augmentation du risque de souffrir de pathologies cardiovasculaires, de dysfonctionnement des enzymes du foie et du diabète de type 2 chez l’adulte (1). Fin septembre, la Commission européenne a demandé à l’EFSA d’évaluer les conclusions de ces travaux.

Dans son avis, l’EFSA indique que cette étude ne contient pas d’informations sur l’exposition à long terme au BPA pourtant nécessaires pour d’établir une corrélation avec le développement de maladies chroniques. Les taux élevés en BPA dans l’urine des volontaires résulteraient, selon l’EFSA, du hasard ou de l’exposition à d’autres facteurs non identifiés. «La révision des doses journalières acceptables de BPA n’apparaît donc pas nécessaire», conclut-elle.

Les scientifiques britanniques notaient toutefois dans leur étude que «l’exposition permanente et étendue au BPA par la nourriture mais aussi l’eau potable, l’exposition cutanée et l’inhalation des poussières d’habitation, apparaît évidente au regard de la présence de taux détectables de BPA chez plus de 90% de la population américaine».

Le BPA est une substance chimique utilisée pour la conception de plastiques que l’on retrouve notamment dans les biberons, les bouteilles et les films de protection internes des boîtes de conserve. Son utilisation dans les contenants alimentaires est autorisée en Europe (2).

(1) Voir l’article du JDLE «Lien entre BPA et pathologies cardio-vasculaires chez l’adulte»
(2) Directive 2002/72/EC


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus