BPA: la FDA piégée par un député

Le 20 juin 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Edward Markey a mis KO la FDA.
Edward Markey a mis KO la FDA.

Le bisphénol A (BPA) serait en passe de se voir infliger un premier revers par la Food and Drug Administration (FDA), grâce à l'étonnante pétition d'un représentant (député) démocrate du Massachusetts, Edward Markey.

Malgré l'interdiction des biberons contenant du BPA dans plusieurs Etats américains, la FDA se montre très réticente à reconnaître sa toxicité. Dernier épisode en date, le rejet fin mars d'une pétition associative visant à proscrire la molécule de tous les emballages alimentaires (voir le JDLE).

C'est dans cette muraille qu'Edward Markey vient de trouver une faille: plutôt qu'une attaque frontale, l’élu du Massachusetts, par ailleurs membre du Comité de l'énergie et du commerce, s'est fendu d'une pétition demandant à la FDA d'interdire le BPA dans les emballages de lait maternisé. Son argument: au vu des incertitudes sanitaires, pourquoi ne pas bannir le BPA de ces produits puisque leurs fabricants y ont déjà renoncé?

Joints à sa pétition, les courriers de 5 industriels, dont 4 (Beech-Nut, MeadJohnson, Abbott, Nestlé) confirment à Edward Markey qu'ils ne recourent plus au BPA, tandis qu'un cinquième, Perrigo, prévoit cette transition pour 2012.

Dans un courrier daté du 19 avril, la FDA a d'abord rejeté la pétition. Utilisant pour cela un argument pour le moins stupéfiant: on ne peut pas interdire le BPA de ces emballages sous le motif qu'il n'y est plus utilisé, puisqu'un seul industriel, Perrigo, indique encore y recourir!

De quoi relancer l'obstiné congressiste à l'assaut de Perrigo, sommé de préciser ses premières explications. Ce qu'il fait dans un second courrier: l'entreprise produit un lait maternisé en bouteilles de plastique dont les bouchons contiennent du BPA, mais pas dans une partie en contact avec l'aliment. Ces bouchons seront remplacés en juillet par de nouveaux, dénués de BPA.

Quant à son lait de soja en canette, Perrigo a, depuis son premier courrier, abandonné l'idée de les reconditionner en bouteilles de plastique sans BPA, transition initialement prévue pour fin 2012. Raison de cette volte-face: les canettes actuelles sont en conformité avec les règles de la FDA, réitérées fin mars en réponse à la dernière pétition associative!

Placée face à ses incohérences, la FDA n'a eu d'autre choix que d'accepter la pétition d'Edward Markey, ce qu'elle annonce dans un courrier du 6 juin, plus laconique que son refus initial. L'agence dispose désormais de 90 jours pour mener une évaluation scientifique de la pétition et donner son avis, positif ou négatif.

Au vu de la complexité de la procédure, Edward Markey n'a pas eu autant de succès avec ses deux autres pétitions envoyées en même temps, l'une sur les emballages réutilisables en plastique, l'autre sur les aliments en conserve et les boissons en canette. Même écueil: plusieurs industriels continuent à utiliser le BPA, dont plusieurs disent vouloir s’en détourner.

Au-delà des laits maternisés, «il existe des alternatives viables au BPA dans tous les emballages, et j'appelle les entreprises à être plus citoyennes et à abandonner ce produit toxique», commente Edward Markey dans un communiqué. «J'encourage aussi la FDA à achever son évaluation de longue date sur le BPA, et à clarifier les prochaines étapes pour l'abandon total de ce produit».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus