BPA: la communauté scientifique «inquiète»

Le 16 juin 2009 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les preuves des effets néfastes sur la santé des perturbateurs endocriniens (1), notamment du bisphénol-A (BPA) s’accumulent, selon la société d’endocrinologie internationale qui appelle à réduire l’exposition de la population à ces molécules, au nom du principe de précaution.

Dans une déclaration scientifique publiée dans la revue Endocrine Reviews (2), plusieurs membres de la société savante décrivent les effets des perturbateurs endocriniens sur la reproduction des hommes et des femmes, leur implication dans les cancers du sein et de la prostate ainsi que dans les pathologies cardiovasculaires, de la thyroïde et l’obésité. Bien que ces éléments ne soient pas suffisants, ils sont préoccupants, déclarent les endocrinologies qui appellent à renforcer la recherche sur ces substances.

A l’occasion de leur colloque annuel, mercredi 10 juin, les scientifiques ont notamment exprimé leur inquiétude quant aux effets du BPA sur la santé humaine, alors même qu’une grande partie de la population en contiendrait dans son sang. Le BPA serait produit à plus de 800 millions de kilos chaque année aux Etats-Unis, principalement pour la production de plastiques.

(1) Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques qui interfèrent avec la synthèse naturelle des hormones ou d’autres voies métaboliques, ce qui entraîne un déséquilibre du système hormonal et/ou reproductif.
(2) «Endocrine-Disrupting Chemicals: An Endocrine Society Scientific Statement» Diamanti-Kandarakis et al., Endocrine Reviews vol. 30, n°4, p. 293-342 (juin 2009)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus