Bouquetins du Bargy: le grand flou avant l’abattage?

Le 30 septembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les bouquetins du Bargy sont menacés.
Les bouquetins du Bargy sont menacés.
DR

Ils en ont parlé… les membres du Conseil national pour la protection de la nature (CNPN) ont bien discuté des modalités de gestion de la brucellose dans la population de bouquetins des Alpes présents sur le massif du Bargy. Objet de tractations politiques au plus haut niveau, leur sort reste incertain.

«Les bouquetins sont toujours vivants.» C’est la seule certitude qu’ait encore Jean-Pierre Crouziat, administrateur de la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna), qui montera en altitude dans le massif du Bargy ce week-end pour compter les ruminants. Ceux-ci, porteurs de la brucellose à environ 40%, sont vilipendés par le monde agricole qui craint une contagion pour les vaches à reblochon, et leur abattage est l’enjeu d’une tractation au plus haut niveau de l’Etat.

Le préfet se désiste

Alors que deux agences publiques et trois ministres avaient concocté en juin dernier un plan pour vacciner les animaux sains et supprimer les porteurs de la brucellose, le sujet est bien revenu cette semaine au menu du comité permanent et du comité plénier du CNPN, qui se tenaient les 27 et 28 septembre. Le préfet de Haute-Savoie était annoncé le premier jour, mais c’est finalement le directeur de la Direction départementale des territoires qui a fait le déplacement pour exposer les souhaits préfectoraux. A savoir les mêmes mesures que celles de 2015, qui avaient servi de feuille de route pour un premier abattage en octobre 2015, auquel le CNPN s’était résolument opposé.

Une nouvelle consultation?

Une discussion a même failli s’engager avec Ségolène Royal, dont la venue a été annoncée dans l’après-midi du 28 septembre, avant d’être annulée quelques heures plus tard. «Nous sommes dans une drôle de situation, conclut Jean-Pierre Crouziat. Le CNPN ne sait pas s’il sera consulté à l’avenir sur un possible arrêté d’abattage ou si, par on ne sait quelle argutie juridique, il sera estimé que la question de la gestion des bouquetins a déjà été posée à peu près dans les mêmes termes en 2015 et que la consultation du CNPN n’est donc plus nécessaire.»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus