Boues rouges en Hongrie: l’usine devra payer

Le 16 septembre 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’usine à l’origine de la catastrophe des boues rouges en Hongrie va devoir payer 500 millions d’euros d’amende, a indiqué le gouvernement hongrois le 14 septembre.
 
Le pays n’est pas prêt d’oublier ce 4 octobre 2010. La rupture d’un réservoir dans une usine de bauxite-aluminium de la ville d'Ajka, à l'ouest de Budapest, a provoqué le déversement de près de 2 millions de tonnes de boues toxiques sur 7 villages avoisinants, faisant 10 morts et 150 blessés (dans le JDLE).
 
La société Magyar Aluminium (MAL), propriétaire de l'usine d'aluminium, est immédiatement désignée comme responsable (dans le JDLE). Des experts européens sont envoyés sur place pour mesurer l’ampleur des dégâts (dans le JDLE), tout comme certains associatifs (dans le JDLE).
 
Presque un an après le drame, alors que des taux de concentration anormalement élevés d’arsenic (près de deux fois supérieurs à la normale) ont été retrouvés dans les boues rouges (dans le JDLE), le risque toxique pour les écosystèmes perdure.
 
Les autorités régionales chargées de la protection de l'environnement ont infligé à l’usine de bauxite-aluminium responsable une amende de 135 milliards de forints (500 M€). Celle-ci devra être payée sous 15 jours, «afin de compenser les dégâts causés à la nature», a précisé le gouvernement dans son communiqué. La société a la possibilité de faire appel de cette décision dans les deux semaines.

La construction de l'usine n'aurait pas dû être autorisée, puisqu’elle se trouvait sur une zone à risque avait indiqué en janvier dernier la Commission européenne (voir le JDLE). Il n’est donc pas impossible qu’une procédure d'infraction soit un jour ouverte envers la Hongrie.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus