Boston dit bye-bye aux sacs plastique

Le 01 décembre 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'interdiction doit encore être validée par le maire de la ville
L'interdiction doit encore être validée par le maire de la ville

Le Conseil de Boston a adopté à l’unanimité, le 29 novembre, l’interdiction des sacs plastique à usage unique.

 

«Plus de 350 millions de sacs ont été utilisés cette année dans la capitale du Massachusetts, dont la plupart ont rempli nos décharges, envahi nos rues et pollué notre air en brûlant dans un incinérateur», a rappelé Kirstie Pecci, directrice du projet Zéro déchet à la Conservation Law Foundation.

Boston suit un mouvement lancé outre-Atlantique dès les années 1980. Au total, plus de 130 collectivités -dont Los Angeles- ont déjà prohibé les sacs en plastique selon le rapport publié en 2014 par l’Earth Institue Policy. Mais les Etats-Unis restent de gros consommateurs avec environ 100 milliards d’unités distribuées chaque année.

Cette mesure doit encore être approuvée par le maire de Boston, Marty Walsh. Ensuite, elle entrerait en vigueur au terme d’une année d’adaptation.

 

Invention suédoise

Cette invention est née en Suède en 1962 et elle a été popularisée par Mobil Oil dans les années 1970, pour permettre à la compagnie pétrolière d’augmenter son marché de polyéthylène, un dérivé de combustibles fossiles. Ironie de l’histoire, les consommateurs ne semblaient pas emballés par ce nouveau sac qui se cassait souvent.

55 ans plus tard, le bilan s’avère peu glorieux. Son usage ne dure que quelques minutes, puis il se dirige aussitôt vers la décharge ou l’incinérateur, lorsqu’il n’est pas tout simplement jeté dans la nature, y laissant alors des traces pendant des centaines d’années et créant des dommages irréversibles sur la faune marine. Enfin, pour produire 8 sacs il faut la même quantité d’énergie que pour parcourir 1 kilomètre en voiture.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus