Borloo revendique une baisse des émissions de CO2

Le 16 août 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Jean-Louis Borloo veut mettre les choses au clair. Le ministre de l’écologie réfute les discours médiatiques selon lesquels les rejets de gaz carbonique en France auraient stagné depuis 1990. 

Le Commissariat général au développement durable (CGDD) a rendu publique, le 9 août dernier, une étude sur l’évolution des émissions françaises de gaz carbonique entre 1990 et 2007 (voir JDLE du 10 août). Conclusion : en 1990, les secteurs primaire, secondaire et tertiaire, ainsi que les ménages ont rejeté dans l'atmosphère 438 millions de tonnes de CO2. Le chiffre passe à 439 MtCO2 en 2007.

Cette année là, certes, nos émissions ont rejoint les niveaux de 1990. « Un effort de réduction important est clairement observé depuis 2007 », observe d'ailleurs Jean-Louis Borloo dans un communiqué daté du 14 août.

A en croire le ministre d'Etat, les émissions ont baissé de plus de 6 % en 2008 et de 4 % supplémentaires en 2009. Cela sur l’ensemble des émissions des 6 gaz à effet de serre (GES) couvertes par le protocole Kyoto. Gare aux fausses lectures des statistiques en la matière. Les objectifs du protocole conclu en 1997 prennent uniquement en compte la quantité de GES émise sur le territoire national. Ce qui signifie que les rejets imputables aux importations et aux exportations ne sont pas inclus. Ce que fait pourtant l'étude du CGDD, d'où l'impression de stagnation des émissions en 17 ans. En réalité, les émissions françaises « Kyoto compatibles » ont bien baissé.

« Au total, la réduction des émissions de GES atteint 10 % par rapport à 1990 », se félicite le Meeddm. La recette, selon l'Hôtel de Roquelaure ? Les lois Grenelle par lesquelles la France « s’est donné les moyens d’amplifier encore la baisse de ses émissions de GES ». En réduisant l'activité industrielle, la crise économique a aussi été, malheureusement, d'une redoutable efficacité climatique.

Non sans fierté, le gouvernement français se targue pourtant de dépasser les objectifs assignés par le protocole de Kyoto, à savoir la stabilisation de ses émissions au niveau de 1990. Un protocole dont la période d'engagement s'achève fin 2012. La France devra maintenir son bilan carbone encore deux années pour mériter les satisfecit.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus