Bonn, et ça ne repart pas

Le 27 octobre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Ce nouveau round de Bonn n'a pas donné les résultats attendus.
Ce nouveau round de Bonn n'a pas donné les résultats attendus.
UNFCCC

Grosse déception au sortir de la conférence de Bonn. Toute la semaine passée, plus d’un millier de négociateurs, issus de 190 pays, ont entamé un nouveau round de négociations, à quelques jours du sommet climatique mondial de Lima. Sans grand résultat.

Peu d’avancées ont été notées par les observateurs. Aucune esquisse de pré-accord n’est sortie de la semaine allemande, les experts des principales nations préférant adopter leurs postures traditionnelles plutôt que d’aller de l’avant.

Manque d'argent, toujours

Les discussions ont notamment achoppé sur les «contributions déterminées au niveau national» (CDNN). En clair, les aides financières que les pays développés se sont engagés à verser aux pays pauvres susceptibles d’être affectés par les conséquence des changements climatiques. Les pays émergents et les plus modestes attendent ainsi des garanties sur les 100 milliards de dollars (18,7 Md€) que les pays riches doivent leur verser chaque année à partir de 2020. Ils attendent aussi que soit abondé le Fonds vert pour le climat (FVC). En principe, le Fonds doit recevoir 10 Md$ d’ici la fin de l’année. Pour le moment, les promesses de dons n’atteignent que 2,3 milliards (1,8 Md€). Qu’à cela ne tienne, les pays les plus industrialisés exigent toujours, en contrepartie, que les pays émergents (Chine et Inde, notamment) s’engagent à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Quid du Japon?

Cet attentisme a de quoi inquiéter. Pour tenir le calendrier de négociation prévu, toutes les parties à la convention de l’ONU sur le changement climatique doivent rendre publiques leurs promesses climatiques d’ici le mois d’avril 2015. Or nombre d’entre elles tergiversent. A commencer par le Japon. L’Empire du soleil s’est fixé, pour le moment, un objectif très faible de réduction d’émission (-3,8% entre 2005 et 2020) et ne promet plus rien pour le FVC. Le gouvernement nippon lui préfère les accords de coopération bilatéraux. Tokyo prévoit ainsi d’investir 16 Md$ (12,6 Md€) dans l’aide climatique aux pays les plus démunis qu’il aura choisis.

CSC et HFC

Seule petite consolation: les ateliers techniques. Au cours de ces rencontres thématiques, les experts ont fait le point sur les technologies susceptibles d’aider à la décarbonation de l’économie. Deux voies semblent prometteuses: le captage-stockage de gaz carbonique (CSC) et la réduction d’autres GES que le CO2, tels le méthane, le protoxyde d’azote et les HFC. à ce dernier égard, une réunion des parties au protocole de Montréal doit se tenir à Paris du 14 au 21 novembre prochain. On y parlera réduction des HFC. Ces substituts aux CFC et au HCFC ne sont pas régis par le protocole de Kyoto, bien que leur pouvoir de réchauffement global soit plusieurs milliers de fois supérieur à celui du CO2. Pour tenter d’en limiter l’usage, certains pays, dont les Etats-Unis, la Chine et l’Inde, militent pour que le protocole de Montréal (régissant les gaz destructeurs de la couche d’ozone et leurs substituts) limitent leur production et leur utilisation.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus