Boissons énergisantes: un premier bilan européen

Le 13 mars 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Plus de deux tiers des jeunes Européens déclarent consommer des boissons énergisantes.
Plus de deux tiers des jeunes Européens déclarent consommer des boissons énergisantes.
DR

Plus de deux tiers des adolescents européens (68%) se disent consommateurs de boissons énergisantes, dont 12% de manière quasi quotidienne, selon une première grande étude d’exposition publiée le 6 mars par l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Qu’elles soient à base de caféine, de taurine ou autres stimulants, les boissons énergisantes font l’objet d’une surveillance attentive, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Et pour cause: plusieurs effets fâcheux ont été relevés de part et d’autre de l’Atlantique, dont quelques infarctus mortels [JDLE]. Raison pour laquelle l’Efsa vient de publier une enquête sur le sujet, la première à dresser un état des lieux de la consommation en Europe.

 

Sans trop de surprise, ce sont les adolescents qui en boivent le plus: 68% d’entre eux disent en consommer, dont 12% de manière «chronique élevée» (au moins 4 jours par semaine) et 12% de manière «aigüe élevée» (au moins un litre en une seule occasion). Encore plus inquiétant, 18% des enfants sont des consommateurs très réguliers, avec près de 4 litres par mois en moyenne! S’ils comptent 30% de consommateurs, les adultes s’avèrent au final moins en abuser, avec 12% à fréquence très régulière. Egalement étudié par les auteurs de l’étude, le mode de consommation: 52% des adultes et 41% des adolescents, parmi ceux qui en boivent, y recourent dans le cadre d’une activité sportive. Une pratique qui reflète une fréquente confusion avec les «boissons énergétiques», plus ou moins entretenue par les fabricants de «boissons énergisantes». Tout aussi courants, les mélanges avec l’alcool: parmi les consommateurs de boissons énergisantes, 56% des adultes, 53% des adolescents disent boire de ces potions. Censés diminuer l’impression d’ébriété et de fatigue, ces cocktails sont particulièrement à risque de provoquer des accidents, qu’ils soient cardiaques ou de la route.

 

Selon les chiffres par pays, les adolescents français comptent une même proportion de consommateurs que le reste de l’Europe (66% contre 68%); dans le groupe des adultes, les Français ne sont en revanche que 22% à en consommer -contre 30% pour l’ensemble des Européens. Quant aux gros consommateurs, la palme revient aux Britanniques (21%) chez les adultes et aux Néerlandais chez les adolescents (27%). Au vu des possibles risques sanitaires, plusieurs pays ont pris des mesures afin de limiter la consommation de boissons énergisantes chez les jeunes. En France, une circulaire publiée en 2008 par le ministère de l’éducation en a interdit la vente et la consommation dans les établissements scolaires. D’autres pays vont plus loin, notamment la Lituanie, qui s’apprête à en interdire la vente aux moins de 18 ans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus