Biodiversité: les grenouilles d’Indonésie s’éteignent dans nos assiettes

Le 27 mars 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Fejervarya cancrivora, la star méconnue des assiettes.
Fejervarya cancrivora, la star méconnue des assiettes.

Après la lasagne au cheval, la grenouille non conforme? Des analyses d’ADN de cuisses de grenouilles montrent que 99% des amphibiens que les Français avalent par milliers de tonnes chaque année ne sont pas ceux annoncés sur l’étiquette. Mais l’essentiel est ailleurs: cette consommation à outrance de viande venue en majorité d’Indonésie décime les populations locales.

La congélation aura eu la peau des grenouilles françaises. Les espèces indonésiennes, emballées et expédiées par milliards aux 4 coins de la planète, connaîtront-elles le même sort? C’est l’une des questions soulevées par Annemarie Ohler et Violaine Nicolas dans une étude publiée dans le European Journal of taxonomy.

La France est le premier pays importateur d’Europe de cuisses de grenouilles -avec la Belgique-, pour une consommation de 3.275 tonnes en 2011.

Populations sauvages en danger

En utilisant la méthode moléculaire du barcoding (qui permet d’identifier les espèces à partir d’une courte séquence de leur ADN), ces chercheures de l’Institut de systématique, évolution et biodiversité[1] ont pu identifier les espèces contenues dans chacun des 209 sachets de cuisses de grenouilles surgelées qu’elles avaient achetés dans des magasins français. Or dans 99% des cas, la Rana macrodon vantée sur l’étiquette n’était pas au menu. A la place, des Fejervarya cancrivora, ou plus rarement des Limnonectes macrodon et une Fejervarya moodiei. Dans la classification, ces deux espèces de grenouilles sont aussi éloignées que la vache et le mouton, précise le Muséum d’histoire naturelle.

Mieux évaluer le statut des espèces sauvages

 «La quasi-absence de Limnonectes macrodon dans nos échantillons pourrait être un indicateur de sa raréfaction, ce qui confirme que ses populations naturelles sont en déclin rapide, conformément à son statut d’espèce vulnérable reconnu par la liste rouge de l’UICN[2], estiment les scientifiques, qui déplorent que le commerce ait pris le pas sur la science. Ces résultats soulignent la nécessité d’études à large échelle pour évaluer le statut des populations sauvages.»

Ecorchées et démembrées

L’approvisionnement en grenouilles est problématique pour la biodiversité à au moins deux titres. D’abord parce que 80% des espèces consommées en Europe proviennent d’un seul pays: l’Indonésie. Ensuite parce que les grenouilles qui finissent dans les assiettes ne sont pas issues d’élevages, mais bien prélevées dans les milieux naturels. Et les risques de méprise parmi la quinzaine d’espèces de la même famille présentes dans la région ne sont pas minces, ce qu’aucun exportateur ou consommateur ne pourra établir. «Parce que les grenouilles exportées sont écorchées et leur corps dépecés avant d’être emballés, les caractéristiques permettant leur identification morphologique ne peuvent être observées sur les cuisses de grenouilles congelées et leur identification est difficile», constatent les deux chercheures.

Extinction massive des espèces

Depuis plus de 15 ans, des chercheurs alertent sur les conséquences que fait peser la récolte intensive de grenouilles sur la biodiversité de ces régions d’Indonésie, du golfe de Thaïlande, du Bangladesh, de Java ou de Sumatra. Et l’absence d’un quelconque progrès en matière d’outils d’identification et d’évaluation du statut des populations sauvages n’est pas à rechercher du côté de l’absence de méthodes efficaces, pointent les chercheures. «Cela reflète le fait que la conservation est focalisée sur les espèces parapluies, comme les tigres et les pandas, ou des espèces qui sont suffisamment rares, dénoncent-elles. Les grenouilles comestibles d’Indonésie, alors même qu’elles sont tuées par milliards chaque année, sont la partie à peine visibles de l’extinction en masse des espèces.»

 



[1] Muséum national d’histoire naturelle/CNRS/EPHE/UPMC.

[2] UICN: Union internationale pour la conservation de la nature

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus