Biodiversité: l’AFB lance un appel à projets dans les Outre-Mer

Le 27 février 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Quelque 15.000 espèces endémiques dans les Outre-Mer.
Quelque 15.000 espèces endémiques dans les Outre-Mer.
DR

L’Agence française pour la biodiversité (AFB) veut consacrer 4 millions d’euros à des projets en faveur de la biodiversité ultra-marine, qui concentre 80% des espèces recensées sur le territoire national.

Joli coup de pouce de l’AFB en direction de la biodiversité dans les Outre-Mer. Elle lance un appel à projets ‘Initiatives pour la reconquête de la biodiversité’, pour soutenir et renforcer les acteurs et réseaux ultra-marins engagés en faveur de la biodiversité terrestre, aquatique et marine. Une initiative qui s’inscrit dans la continuité du programme ‘Terres Mers ultra-Marines’ (Te Me Um) centré sur les micro-projets et qui vise depuis 2006 à renforcer les capacités des gestionnaires d’espaces naturels d’Outre-mer. A la clé, 4 millions d’euros de budget, pour des aides allant de 1.000 à 300.000 € par projet.

Sur les 17.947 espèces endémiques répertoriées en France, les 4/5e ont été observées dans les Outre-Mer.

Biodiversité marine, terrestre et aquatique

Cinq objectifs structurent l’appel: maintenir ou restaurer le bon état des milieux naturels et des fonctionnalités écologiques; conserver les espèces de faune et de flore sauvages prioritaires pour l’action publique, et leurs habitats; assurer un usage durable et équitable de la biodiversité à toutes ses échelles; contribuer à la connaissance partagée et à l’éducation de la nature; renforcer les capacités des gestionnaires d’espaces naturels.

Dossiers traités en local

Ce sont des relais locaux -antennes de l’AFB dans le Pacifique ou structures partenaires (parcs nationaux de Guyane, Guadeloupe et de La Réunion, ou services de l’Etat)- qui vont recevoir, étudier et sélectionner les dossiers. Deux sessions sont prévues pour déposer les dossiers (27 avril et 1er septembre 2018), accessibles à tous les acteurs associatifs, socio-économiques et institutionnels (hors personne physique et services de l’Etat).