Biodiversité et climat à l’agenda de la présidence espagnole de l’UE

Le 05 janvier 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Bureau européen de l’environnement (BEE), qui regroupe près de 150 associations de protection de l’environnement, a présenté le 23 décembre ses 10 attentes à l'Espagne qui a pris la tête de la présidence de l'UE depuis le 1er janvier, succédant à la Suède (1).

Pour la première fois, le Conseil européen ne sera plus présidé par le chef du gouvernement du pays en charge de la présidence de l’UE, mais par le président permanent, Herman Van Rompuy, nommé pour deux ans et demi, suite à l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne le 1er décembre 2009. La présidence espagnole devrait néanmoins continuer à avoir un rôle à jouer, selon le BEE.

«La présidence espagnole a un agenda chargé, déclare John Hontelez, secrétaire général du BEE. Elle devra ramasser les pièces de l’échec de Copenhague, coordonner l’élaboration d’une stratégie européenne pour 2020 et ouvrir le chantier pour la protection des écosystèmes.»

Définir une stratégie pour un développement durable à l’horizon 2020, incluant l’objectif d’une réduction de 50% de l’empreinte écologique de l’UE d’ici 2030, et démarrer une réforme de la fiscalité environnementale, est en effet le premier but assigné à l’Espagne. Le BEE entend également que la présidence espagnole donne une suite à Copenhague en s’assurant de l’engagement en faveur d’un accord légalement contraignant, au plus tard en juin 2010, et en fixant un objectif plus ambitieux pour l’UE d’une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport à 1990.

Année internationale de la biodiversité oblige, l’UE devra se montrer leader sur ce thème, selon le BEE. Parmi les autres attentes des ONG figurent l’adoption d’un cadre cohérent pour la prévention et le contrôle de la pollution industrielle (IPPC), un plan d’action pour l’efficacité énergétique avec un objectif de réduction énergétique de 20% en 2020, le renforcement de la réglementation sur les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE), l’amélioration de la réglementation sur les substances chimiques Reach, la révision de la directive relative au plafonnement des émissions nationales (2), et enfin une politique responsable concernant les nanotechnologies. BEE salue enfin l’intention de l’Espagne d’atteindre un accord sur la directive Sols (3).

(1) Dans le JDLE «Bilan environnemental décevant pour la présidence suédoise de l’UE»
(2) Dans le JDLE «Plafonds d’émission 2010: la France en retard»
(3) Dans le JDLE «L’Espagne saura-t-elle déterrer la directive Sols?»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus