Biodiversité: des outils normatifs redondants et inefficaces

Le 28 novembre 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Conseil économique et social (CES) vient de publier un rapport intitulé «La nature dans la ville-Biodiversité et urbanisme». Lors d'une conférence de presse organisée le 27 novembre, son rapporteur, Bernard Reygrobellet, a rappelé que «la création de lotissements dans les zones périurbaines [n'était] plus soutenable». La France connaît en effet une véritable «marée pavillonnaire», avec 10.000 lotissements de plus chaque année, qui contribuent à la disparition progressive des terres agricoles et affectent la biodiversité. Développer une agriculture de proximité «faisant une large place à l'agriculture biologique»dans les zones périurbaines, et densifier l'habitat sur le tissu urbain existant sont des mesures notamment mises en avant dans les schémas de cohérence territoriale (Scot). Selon Bernard Reygrobellet, maires et citadins sont cependant majoritairement opposés à cette dernière mesure.

Le rapport constate par ailleurs la présence en France d'instruments normatifs «pléthoriques et redondants». La protection de la nature est en effet prise en compte à différentes échelles. Des conventions internationales, des directives européennes (oiseaux, habitats…), des lois et règlements nationaux (stratégie nationale pour la biodiversité, …) et des actions issues des collectivités locales se superposent. «Un seul espace naturel peut dépendre de plusieurs textes», observe ainsi Bernard Reygrobellet.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus